Mise à jour: 24/08/2011 04:38  
Saint-Roch-de-l'Achigan
11 chiens sauvés par la SQ
Héloïse Archambault
Le Journal de Montréal
 

La Sûreté du Québec (SQ) a récupéré 11 chiens, dont neuf Huskies, qui vivaient enfermés dans une voiture avec leur maître, sans eau et sans nourriture suffisante, depuis vendredi dernier.

«C'est épouvantable, lance la directrice générale de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Lanaudière, Lucie Duquette, qui héberge les bêtes. Elles font tellement pitié.»

Lundi, les policiers de la SQ ont dû intervenir auprès d'une femme qui ne pouvait plus s'occuper de ses 11 chiens, à Saint-Roch-de-l'Achigan, dans Lanaudière.

Depuis quatre jours, elle vivait dans sa voiture avec les animaux, après qu'elle aurait été évincée de sa résidence.

Chiens enfermés et assoiffés

«Ses chiens n'avaient même pas d'eau et ils sont tellement maigres, raconte Lucie Duquette, encore troublée. En plus, elle ne voulait pas les laisser sortir parce qu'elle n'avait pas de laisse. Imaginez le scénario.»

Selon cette dernière, les neuf Huskies, qui ont environ 1 an et demi, seraient tous issus de la même portée.

Aucune de ces bêtes n'est vaccinée ou stérilisée, et une des femelles serait même enceinte. Les deux autres chiens du groupe sont plus âgés.

Par ailleurs, les animaux présentent des blessures aux oreilles.

«Il va falloir leur faire passer des examens, ils ont peut-être des maladies ou des blessures», dit-elle.

Avec 80 chiens, la SPCA de Lanaudière vit déjà un problème de surpopulation. Malgré tout, Lucie Duquette a accepté de les prendre.

«Je n'avais pas le choix, je ne pouvais pas les laisser là, exprimet- elle. Ça n'a aucun sens.»

Pour adoption bientôt

Même si les animaux sont pour le moment anxieux et stressés, la direction de la SPCA croit bien pouvoir les rendre disponibles à l'adoption prochainement.

«C'est le genre d'histoire d'horreur qu'on retrouve dans les refuges, il y en a plein d'autres comme celle-là», déplore la femme.

Présidente des Centre d'adoption d'animaux de compagnie du Québec, Johanne Tassé croit qu'il s'agit d'un bel exemple qui démontre le manque de stérilisation.

«Si la première chienne avait été stérilisée, on n'aurait pas ce problème- là, indique-t-elle. Mais, le pire, c'est que c'est partout pareil.»


 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés