Mise à jour: 02/06/2011 20:16  
Arrêtée pour trafic de drogues
L’infirmière reçoit toujours son salaire
Johanne Roy
 
La jeune infirmière sous les verrous depuis la semaine dernière, à la suite de l’opération policière « Glorieux », touche toujours son salaire de l’Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Outre la suspension avec solde, l’établissement a immédiatement entrepris une enquête interne, qui est encore en cours.

« À ce jour, rien ne nous porte à croire que la qualité et la sécurité des soins et des services offerts aux patients par cette infirmière ont été affectées », affirme un porte-parole de l’Institut (hôpital Laval), Joël Clément.

Émilie Boutin, 24 ans, fait face à 10 chefs d’accusation pour trafic de méthamphétamines et possession de cannabis, de même que bris d’engagement.

La jeune femme de Saint-Apollinaire doit revenir devant le tribunal ce matin, afin de subir son enquête sur remise en liberté.

« Nos procureurs sont en contact avec ceux de la justice. Le statut de cette employée peut changer en fonction des informations émises par la Cour », précise M. Clément.

Accusations antérieures

Émilie Boutin n’en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. La jeune femme est en attente de son procès pour conduite avec les facultés affaiblies causant la mort et négligence criminelle causant la mort de Manon Corneau, 47 ans, une motocycliste de Mascouche.

L’événement remonte à 2009. Selon les accusations, Émilie Boutin conduisait sous l’effet de la drogue. Le Tribunal lui avait d’ailleurs formellement interdit de consommer toute drogue au moment de sa remise en liberté, il y a deux ans.

La jeune infirmière avait alors pu conserver son emploi à l’Institut, où elle a travaillé jusqu’à sa suspension de la semaine dernière.

« Nous avons maintenu le lien d’emploi avec cette infirmière en raison des observations et des prestations de travail offertes par cette dernière », rapporte M. Clément.

Le projet « Glorieux » a conduit à l’arrestation de 26 individus, le 25 mai, qui seraient liés à un réseau de trafiquants de stupéfiants.

johanne.roy@journaldequebec.com


 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés