Mise à jour: 26/02/2011 15:50  
Religion
La nébuleuse scientologie étend son influence au Québec
Michel Jean - Agence QMI
 
Le système d’administration développé par L. Ron Hubbard s’appelle WISE, World Institute of Scientology Enterprises. Et pour le principal expert en scientologie au Canada, le professeur Stephen A. Kent, de l’Université d’Alberta, scientologie et WISE ne font qu’un.

WISE n’est d’ailleurs à son avis qu’une partie de la nébuleuse scientologue. WISE (gens d’affaires), Narconon (lutte contre la toxicomanie), Criminon (lutte contre la criminalité), la Commission des Citoyens pour les droits de l’Homme (antipsychiatrie), Applied Scholastics (éducation), toutes ces organisations défendent et font la promotion des idées du mouvement, tout en se prétendant indépendantes de l’Église.

« Ces programmes, explique le professeur Kent, et WISE en est un bon exemple, représentent pour la scientologie une façon de faire pénétrer ses soi-disant techniques dans la communauté d’affaires. L’objectif c’est de faire passer les manières et les idées de la scientologie. Les questions morales et la façon de s’occuper des critiques suivront. »

Faut-il revoir le statut de la scientologie au Canada?

L’Église de Scientologie bénéficie d’une exemption de taxes municipales grâce au statut de corporation religieuse que lui accorde le Québec. Le Canada lui reconnaît le titre d’organisme sans but lucratif.

De plus, Narconon, qui traite les toxicomanes avec les méthodes de Hubbard, a le statut d’organisme de charité. Les dons deviennent donc en partie déductibles d’impôt.

L’Église de Scientologie a refusé la demande d’entrevue de l’émission JE. Dans un courriel, un porte-parole explique que son mouvement répond aux critères et que « la décision prise par le gouvernement du Québec en 1993 de reconnaître la scientologie en tant que religion n’est donc pas matière à controverse ».

Au moins un politicien ne partage pas cet avis. La sénatrice Céline Hervieux-Payette se demande bien comment un mouvement déjà condamné pour escroquerie en bande organisée en France et pour abus de confiance en Ontario en 1992 a pu, un an plus tard, obtenir le statut de corporation religieuse au Québec.

« En Ontario, ils ont fait une enquête en profondeur pour découvrir qu’ils avaient infiltré différents ministères et la GRC. » La sénatrice se dit « atterrée » de voir qu’une organisation comme l’Église de scientologie bénéficie d’un tel traitement.

 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés