Mise à jour: 16/11/2002 14:59  
Montréal
Pâtisserie fermée pour cause de saleté
(JdeM) Monique Girard-Solomita
 
Il n’y avait pas que les clients qui se régalaient à la Pâtisserie Pêche Délice, les rats aussi. L’établissement était d’ailleurs tellement malpropre que les autorités ont ordonné sa fermeture le 12 novembre.

La Pâtisserie Pêche Délice est située au cœur du Quartier chinois, au 73, rue de la Gauchetière Ouest à Montréal. On exploitait également sous le même toit un restaurant de 56 places avec une dizaine d’employés.

Ce cas d’insalubrité avec plusieurs récidives est l’un des pires que les inspecteurs du Service d’inspection des aliments de la Ville de Montréal aient rencontré.

La juge Louise Baribeau de la Cour municipale de Montréal a d’ailleurs condamné hier le propriétaire à payer un total de 18 600 $ d’amendes après le dépôt en cour de sept constats d’infraction. À ce montant salé viennent s’ajouter des frais de 5000 $.

L’avocat de la poursuite, Me José Costa, n’a pas manqué de citer les nombreux antécédents de malpropreté de cette pâtisserie au nom pourtant si alléchant. Le 21 juin dernier, la Pâtisserie Pêche Délice avait d’ailleurs été condamnée à une amende de 3000 $ pour malpropreté.

Amendes multiples

Les 18 600 $ d’amendes imposés hier à la Pâtisserie Pêche Délice se détaillent de cette façon:

  • 5000 $ pour avoir gardé l’établissement malpropre (6/8/01)

  • 4000 $: malpropreté (17/1/02)

  • 600 $: absence d’eau chaude (17/1/02)

  • 2000 $: mauvaise température des aliments (31/1/02)

  • 5500 $: malpropreté (16/4/02)

  • 1000 $: absence d’eau chaude (16/4/02)

  • 500 $: plancher ne présentant pas une surface dure, lisse, lavable sans fissure (16/4/02)

Lors de son témoignage, l’inspectrice a mentionné avoir demandé une cessation des activités de l’établissement à la suite de sa dernière visite, qui remonte au 12 novembre.

«C’était infesté de rongeurs. On ne parvient jamais à rendre conforme un avis d’infraction. On doit l’annuler et reprendre», a-t-elle déclaré pour illustrer la difficulté à rendre cet établissement conforme.

En plus de la malpropreté qui régnait sur les lieux, l’inspectrice a parlé de la grande «population» de rats dans la bâtisse.

«On n’a pas permis à monsieur de rouvrir», de poursuivre la fonctionnaire municipale.

Au cours des deux dernières années, les inspecteurs du Service d’inspection des aliments ont passé une cinquantaine d’heures à la Pâtisserie Pêche Délice pour tenter d’y inculquer de meilleures notions de propreté. Il faut croire qu’on n’a jamais abusé de la poudre à récurer et de l’eau de Javel. L’établissement en paye le prix aujourd’hui puisqu’il demeure fermé.

 
 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés