Mise à jour: 07/04/2010 19:47  
Des vedettes pour Les filles de Caleb
Marie-France Pellerin / Agence QMI
 
Une brochette d'artistes se joindra à Michel Rivard. Photo: Agence QMI
Luce Dufault, Daniel Boucher, Bruno Pelletier, Yves Lambert, Marie-Michèle Desrosiers, Stéphanie Lapointe, Carolanne D’astous-Paquet, Yves Soutière et Catherine Sénart seront de la distribution du spectacle musical Les Filles de Caleb, une adaptation des trois tomes d’Arlette Cousture.

Dévoilée mercredi matin par Paul Dupont-Hébert, président de Tandem.mu, cette talentueuse brochette d’artistes se joindra ainsi à Michel Rivard, qui signe paroles et musiques, Micheline Lanctôt, qui a monté le livret de la pièce ainsi qu’au metteur en scène, Daniel Roussel.

Privilégiant l’appellation «opéra folk» au détriment de «comédie musicale», le spectacle mettra notamment en vedette Luce Dufault et Daniel Boucher, qui s’apprêtent à relever un défi de taille en incarnant le couple fétiche de la série, Émilie et Ovila.

«Je vais peut-être appeler Marina Orsini, a blagué Luce. J’essaie de ne pas trop penser à la grandeur des chaussures. Ça reste un magnifique défi.»

Stéphanie Lapointe ainsi que Carolanne D’Astous-Paquet en seront à leurs premières armes en matière de spectacle musical, campant respectivement les rôles de Blanche et Élise.

« Je ne pensais pas jouer dans un spectacle musical de cette envergure, a mentionné Carolanne, en toute humilité. Ce sont des gens que j’admire. Ce sera spécial d’évoluer avec eux. »

Malgré son horaire chargé, Yves Lambert se glissera avec joie dans la peau de Caleb. Celui qui se qualifie de « musicien de brousse à tendance kamikaze » tentera pour la première fois l’expérience du jeu théâtral.

« Je n’ai jamais aimé la musique comme maintenant. J’ai plus d’expérience et de confiance. C’est du bonbon tout ça », a-t-il raconté, visiblement fébrile de se joindre aux autres artistes, parmi lesquels on compte également Bruno Pelletier (Napoléon), Marie-Michèle Desrosiers (Célina) et Catherine Sénart (Berthe).

Une œuvre moderne

« C’est un cadeau que de mettre en musique une œuvre si marquante et si importante pour l’inconscient et le conscient collectif québécois », a confié Michel Rivard, pour qui il n’est nullement question de sombrer dans la pure et simple imitation des chansons de l’époque. « C’est un hybride entre le folk contemporain, avec des tendances country et traditionnelles, et un côté moderne. »

Yves Soutière, qui campe Douville, a d’ailleurs révélé que le spectacle en lui-même se voulait intemporel : « Les personnages vont se recroiser et tous s’interpénétrer pour faire ressortir la base, soit l’identité. C’est la seule chose qui sera historique puisque la façon de jouer, la musique et la mise en scène seront résolument modernes. Ça va amener cette œuvre-là dans une autre lumière. »

Dans la peau de…

Émilie : « Nous avons beaucoup de points en communs. Je lis le roman, et ça me ramène à ma propre adolescence, à cet espèce d’entêtement que j’avais par rapport à la famille et à la façon dont j’avais envie de vivre les choses.» – Luce Dufault

Caleb : « L’univers de Caleb, c’est le patrimoine, l’identitaire, une ouverture à la modernité. Tout ça s’inscrit dans ma démarche. Je ne me sens pas étranger au personnage. » – Yves Lambert

Célina : « Elle n’est pas très présente, mais je compte sur Michel pour m’écrire une belle chanson. On va tenter d’en faire un personnage marquant, parce que c’est tout de même la mère d’Émilie. Elle a cette espèce de puissance tranquille qu’elle va transmettre à sa fille. » – Marie-Michèle Desrosiers

Blanche : « Elle est à la fois forte et fragile, tout comme moi. Je reste très réservée, mais en même temps, je suis toujours devant les caméras. J’ai envie de relever des défis, mais j’ai en toujours la trouille. » – Stéphanie Lapointe

Élise : « On va la découvrir sous un autre angle. C’est une jeune fille révoltée contre la vie moderne. Elle est un peu angoissée face au futur. » – Carolanne D’Astous-Paquet

Napoléon : « C’est un rôle intéressant pour moi, parce que très différent de ce que j’ai fait jusqu’à maintenant. Il est amoureux de Blanche et veut la marier, mais va essuyer un refus. Il va donc se diriger vers la prêtrise. » – Bruno Pelletier.

Berthe : « Je m’y reconnais dans la quête spirituelle, mais peut-être pas au niveau de la fuite, parce que Berthe se résigne, comme beaucoup de femmes et d’hommes à l’époque. » – Catherine Sénart

Douville : « Je pense évidemment à Jacques Lussier, qui l’a vraiment bien joué. Il avait ce côté sautillant, cette belle âme. Je pense que c’est ce que je vais lui voler. » – Yves Soutière

Ovila : Absent du dévoilement de la distribution, Daniel Boucher, occupé à escalader le Kilimandjaro, a bien fait marrer les gens présents. Dans une courte vidéo, le chanteur a totalement investi le personnage d’Ovila, promettant à Émilie de rapidement revenir auprès d’elle.

L’opéra folk Les filles de Caleb sera présenté au Théâtre St-Denis dès le 13 avril 2011. L’album devrait voir le jour cet automne.

 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés