Mise à jour: 01/10/1998 16:46  
Microsoft accusée de «hold-up planétaire»
(Canoë)
 

Vous trouverez ce matin, dans la section BiblioTech, plusieurs extraits d'un livre de Roberto Di Cosmo et Dominique Nora qui sort en France aujourd'hui: Le hold-up planétaire, la face cachée de Microsoft.

Cet ouvrage est parfaitement en phase avec ce qui se passe aux États-Unis, deux semaines avant un procès aux enjeux phénoménaux. « La chasse au Bill Gates est ouverte », affirme ce matin le correspondant new-yorkais du quotidien Libération.

L'un des derniers livres publiés sur la question, The Microsoft File, renfermerait notamment des informations gênantes sur la façon dont le géant du logiciel a imposé son système d'exploitation MS-DOS ou sur les dessous de sa prise de participation au capital d'Apple. Il est signé par Wendy Goldman Rohm, une journaliste enquêtant sur le patron de Microsoft et son entourage depuis 10 ans. Évidemment, on trouve dans ce bouquin tous les ingrédients d'un best seller à l'américain: beaucoup d'argent, une sombre intrigue, de l'action, un zest de sexe... et même un cigare!

Rien de tel dans Le hold-up planétaire. Dominique Nora, journaliste et grand reporter au Nouvel Obs, s'y livre à un long entretien avec Roberto Di Cosmo, prof d'informatique à l'École normale supérieure de Paris. Celui-ci passe en revue les pratiques commerciales prédatrices de Microsoft, la médiocrité objective de ses produits, la longue passivité de la communauté scientifique, des médias et des gouvernements à son égard, les freins à l'innovation engendrés par la domination de Microsoft et les dangers qu'elle fait courir, selon M. Di Cosmo, à toute l'humanité.

Ce livre prolonge naturellement le texte publié le 19 mars dernier dans nos colonnes, Piège dans le Cyberespace, qui a été téléchargé plus de 70 000 fois jusqu'à ce jour. Profitant du momentum d'un procès très médiatisé en Amérique, il permettra à la thèse défendue par l'auteur de toucher un plus large public.

Pour faire bonne mesure, le quotidien Libération publie à la fois une critique du livre et la réaction d'Olivier Ezratty, directeur du marketing et de la communication chez Microsoft France. Celui-ci rétorque à bon droit que la vision d'un scientifique est très loin de la logique industrielle d'une entreprise comme Microsoft. Et il esquive l'attaque par quelques revers du droit.

Mais cela ne suffit pas à invalider les arguments de Roberto Di Cosmo, à qui l'on ne peut reprocher son indépendance. Il ne s'appuie pas sur des incantations mais sur des faits réels. Il ne défend pas une entreprise plus qu'une autre. Il appelle simplement de ses voeux des outils fiables et performants, développés à partir de standards ouverts, ce qui garantirait autant leur efficacité que notre liberté.

Proposition irréaliste? L'avenir nous le dira.

Lire les extraits du livre dans la BiblioTech.
Plus de détails dans Libération Multimédia.
Voir également nos archives:
   
 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés