Mise à jour: 14/11/2009 21:49  
228 victimes mortes de cancers
Shannon « n’oubliera jamais »
Marc-André Séguin
 
SHANNON | Shannon « n’oubliera jamais » la contamination au TCE : c’est le message livré, hier, par les gens de cette communauté qui se sont déplacés pour une cérémonie à la mémoire des 228 victimes mortes de cancers, qu’on croit liés à la présence du produit toxique qui s’est mélangé à l’eau de la ville pendant des décennies.

Réunis au centre communautaire Shannon Hall, ils étaient plus d’une centaine venus rendre hommage aux proches, parents ou amis à avoir perdu la vie trop tôt des suites de cancers qu’on lie à la contamination au TCE dans l’eau de la ville. Rubans commémoratifs sur le bras et parfois mouchoirs en main, les personnes rassemblées voulaient, par cette cérémonie solennelle, où on a lu les noms des victimes et allumé un lampion pour chacune d’entre elles, rappeler aux autorités et au public leur indignation devant ce qu’elles appellent le « drame de Shannon ». Après des années de lutte, elles ne digèrent toujours pas qu’on ait contaminé la nappe phréatique qui sert de source pour la communauté voisine de la base militaire de Valcartier, où la percolation du dégraissant industriel sur les terrains de l’armée s’est propagée à l’eau que buvaient les résidants.

« Ça fait 30 ans qu’ils savent que le monde meurt à petit feu, a chantonné le groupe Temps Partiel, dans une chanson composée pour l’occasion. Il faut tu avoir le cœur en métal pour préférer une usine de balles? » La composition, dans laquelle on ne se gênait pas pour traiter les responsables de la contamination de « chiens », « d’assassins », a été chaudement applaudie.

400 cas

« Malgré la tristesse qui habite nos cœurs et qui nous serre la gorge, nous demeurons unis dans le combat et nous nous devons de perpétuer la mémoire de ceux décédés, a rajouté Chantal Mallette, dont le fils de 18 ans, Alexandre, est mort d’un cancer du cerveau en février dernier, peu après sa participation à un reportage de l’émission Enquête. Votre présence montre bien que nous n’avons pas oublié. »

Celle qui, submergée par l’émotion, a dû quitter les lieux pour un court moment alors qu’on présentait une capsule vidéo à la mémoire de son fils a rappelé, en marge de l’événement, que 400 autres cas de cancer sont présentement signalés dans le « triangle rouge » desservi par l’eau contaminée.

Si les députés Christiane Gagnon, du Bloc québécois, Agnès Maltais, du Parti québécois, et Gérard Deltell, de l’Action démocratique du Québec, sont venus se joindre au maire de Shannon, Clive Kiley, pour porter des gerbes de fleurs à la mémoire des victimes, les représentants des deux paliers de gouvernement brillaient par leur absence. « Je ne suis pas étonnée, a remarqué Mme Mallette. Ils ont toujours été absents. »

Même sentiment de frustration à l’égard de la Direction de santé publique, qui continue à refuser la demande des citoyens pour des études épidémiologiques, ce que ces derniers font présentement eux-mêmes. « C’est choquant, mais on y travaille, on revient à la charge continuellement », affirme-t-elle.


 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés