Mise à jour: 27/10/2009 10:14  
Élections munipales 2009
Trois candidats en lice à Sainte-Adèle
(Agence QMI)
Christian Asselin
 
SAINTE ADÈLE - Depuis le départ du maire Jean-Paul Cardinal et de certains des conseillers de son équipe à l’automne 2007, jamais on aura autant parlé d’élections municipales dans les maisonnées de Sainte-Adèle.

Lorsqu’ils prendront place devant leur bulletin de vote, le 1er novembre prochain, les électeurs adélois auront une décision importante à prendre. Laisser le maire sortant Claude Descôteaux poursuivre le travail entamé depuis son élection en février 2008, donner l’opportunité au chef du Parti Vision Citoyens, Réjean Charbonneau, de prendre les commandes de l’hôtel de ville ou permettre enfin à David Rovins d’accéder à la mairie.

Claude Descôteaux

Restaurateur de métier, Claude Descôteaux a été élu maire de Sainte-Adèle lors des élections partielles de février 2008. Rappelons qu’à cette époque un sentiment de méfiance s’était installé au sein de la population en raison notamment des départs précipités du maire Cardinal et du directeur général d’alors, André Mongeau. Une augmentation du taux de taxation de plus de 20%, proposée par l’équipe précédente, avait également contribué à soulever l’ire de certains résidents.

Vingt mois plus tard, les taxes sont toujours au même niveau,mais il semble que ce climat de «méfiance» se soit finalement adouci. C’est du moins ce qu’a affirmé Claude Descôteaux en conférence de presse, la semaine dernière. Il s’est aussi dit fier des réalisations accomplies.

«Malgré le court laps de temps dont nous avons disposé, le bilan de nos réalisations est éloquent et démontre que la qualité de vie des citoyens et des citoyennes de Sainte-Adèle est au cœur du plan d’action de l’Équipe Claude Descôteaux».

Outre le retour d’un climat harmonieux au conseil, parmi les faits d’arme qu’il a tenu à souligner, notons la ré-illumination de la croix du Sommet bleu, l’obtention de plus de 5M$ en subventions ainsi que la réalisation de travaux d’infrastructures d’une valeur de plus de 4 M$.

Dans l’éventualité de sa réélection, il s’est entre autres engagé à améliorer la qualité et l’efficacité du déneigement «par une redistribution du matériel et une réaffectation du personnel». Comme ses adversaires, les dossiers de La Rolland, un parc d’affaires qui gruge les budgets de la Ville, et celui du centre-ville de Sainte-Adèle, qu’on promet d’aménager depuis des lunes, font aussi partie de ses priorités.

Réjean Charbonneau

Retraité d’Hydro-Québec après y avoir servi pendant 32 ans et conseiller municipal à Sainte-Adèle de 1995 à 2001, Réjean Charbonneau était également des élections partielles tenues à l’hiver 2008. Défait par Claude Descôteaux, il avait annoncé, la soirée même, que jamais plus on ne le reverrait en politique municipale. Il a changé d’idée...

«J’ai grandi dans cette ville et je l’ai connue en plein essor. En très peu de temps je l’ai vue perdre son identité et le lustre que les artistes et les artisans chantaient et écrivaient» a-t-il soutenu en début de campagne pour expliquer ce volte-face.

Advenant son élection, dimanche, il souhaite recréer à Sainte-Adèle un cachet distinctif et authentique, stimuler chez les citoyens le goût de l’implication sociale et il promet, au nom de son conseil, de décider et d’agir au mieux de sa connaissance et en fonction des besoins des citoyens.

«L’information sera dorénavant claire, accessible et compréhensible. Ceci n’est pas un objectif, c’est notre conduite en tout temps et notre engagement», déclare d’ailleurs le candidat à ce sujet.

David Rovins

David Rovins est bien connu à Sainte-Adèle. C’est que depuis le milieu des années 80, il se présente à chacune des élections qu’elles soient municipales, provinciales ou fédérales.

«Si je suis toujours là, c’est que je rêve au jour où il sera possible de séparer la politique de l’argent, affirme le candidat. Je n’ai pas de pancartes, poursuit-il. La seule documentation que je remets à ceux et celles qui sont intéressés est une photocopie de mon programme. Pour moi, ce qui cloche avec notre démocratie, c’est l’influence de l’argent sur l’administration municipale ou, en d’autres mots, la corruption».

Bien qu’il n’aime pas faire de promesses en campagne électorale, David Rovins a un programme bien défini à présenter à la population de Sainte-Adèle.

«Si c’est possible, j’aimerais être en mesure de baisser les taxes, mais, pour y arriver, un ménage à l’hôtel de ville s’impose! Je désire aussi une administration plus serrée des dépenses municipales», mentionne celui qui compte également augmenter la participation citoyenne en consultant davantage les électeurs avant la prise de décisions.

«Beaucoup de choses sont faites en secret actuellement», conclut-il.

 
 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés