Mise à jour: 10/06/2008 17:21  
Négociations à la Ville de Québec
«Les cols rouges» pour appuyer Labeaume
(Canoë)
 
Depuis jeudi dernier, le 5 juin, une pétition circule sur Internet pour appuyer Régis Labeaume, le maire de Québec, dans le bras de fer qui l’oppose aux employés de la Ville dans le cadre du renouvellement des conventions collectives.

En moins d’une semaine, près de 2 000 personnes sont venues signer une pétition pour appuyer le maire. Elle stipule notamment que la capacité de payer des contribuables doit être respectée. En outre, le site a attiré plus de 150 blogeurs depuis qu’il a été mis en ligne.

L’idée est venue d’un animateur radio de Québec. Surpris par l’ampleur d’une manifestation de syndiqués devant l’Hôtel de Ville le 2 juin, Sylvain Bouchard du 93,3 a d’abord lancé l’idée d’une contre-manifestation. En entrevue, le morning-man a expliqué qu’après examen l’idée d’une manifestation n’était pas très bonne, ne serait-ce que pour des questions de sécurité et de logistique. L’idée d’un site Web est tombée sur la table et des bénévoles s’y sont engagés.

« Cols rouges »

Le site Internet porte le nom de « cols rouges ». L’animateur explique que c’est « une boutade » face aux termes de cols bleus et de cols blancs à partir desquels certains des corps d’emplois de fonctionnaires municipaux sont définis.

Et qu’est-ce qu’un « col rouge »? Essentiellement, si nous résumons ce que l’on peut lire sur le site Internet, c’est un travailleur, autonome ou autre, qui se lève tôt, travaille de nombreuses heures chaque semaine, n’a pas la sécurité d’emploi, paie ses taxes et ses impôts et qui est loin de bénéficier des avantages consentis aux travailleurs municipaux.

Sylvain Bouchard estime que ces gens représentent « la majorité silencieuse ». La station, dit-il, est partenaire. Et ce n’est pas, soutient-il, un instrument pour dénigrer les fonctionnaires : « Je ne veux pas d’insultes là-dedans. D’ailleurs le site est filtré et même des cols bleus viennent s’y exprimer. » Il est d’avis que si le maire est les syndicats s’expriment largement sur le conflit en cours, les citoyens ont également le droit de le faire.

Y-a-t-il un intérêt commercial? « Non, non ça jamais. La station est partenaire. Les gens qui font ça – le site Internet – le font bénévolement et de leur propre initiative. Le site est bien fait. C’est très professionnel », souligne-t-il.

On retrouve sur le site des statistiques intéressantes. Parmi les gens qui ont signé la pétition les deux tiers, ou environ, sont des hommes et l’autre tiers des femmes et la moyenne d’âge est de 45,9 ans. Ça correspond, à peu de chose près, à la clientèle cible visée par la station.

 
 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés