Mise à jour: 17/10/2007 05:50  
SPVM
Comme si c'était la foudre
(Journal de Montréal) Daniel Renaud
Le Journal de Montréal
 
Quilem Registre repose dans un état critique. Sa famille réprouve l’intervention des policiers. Photo Pierre Vidricaire
Maîtrisé par la police de Montréal à l'aide d'un pistolet électrique, Quilem Registre est dans un état critique

La famille d'un suspect qui repose dans un état critique à l'hôpital après avoir été atteint par une décharge de pistolet électrique dénonce l'utilisation de cette arme par la police de Montréal.

::encart::

«Ses muscles sont détruits. Il a des caillots dans le sang. Ses bras sont quatre fois plus gros que la normale. Ses jambes aussi sont enflées. Ses reins ne fonctionnent plus», décrit Chantal, la soeur du suspect.

«Le médecin nous a dit que c'est comme s'il avait été frappé par la foudre», ajoutet- elle, bouleversée.

Vers 21h30 dimanche, Quilem Registre, a été atteint d'une ou de plusieurs décharges électriques tirées par les policiers, à l'angle de la 23e Avenue et de la rue Jean- Rivard, dans le quartier Saint-Michel.

Agressif

Dans les minutes précédentes, l'homme de 39 ans avait heurté trois voitures garées avec son véhicule duquel il serait sorti dans un état incontrôlable.

«Au moment où ils l'ont intercepté, les policiers avaient devant eux un homme agressif, intoxiqué par l'alcool ou la drogue», raconte le porte-parole de la police de Montréal, Yannick Ouimet.

Comme le veut la procédure habituelle une fois qu'un individu a été atteint par une décharge électrique, les paramédics d'Urgences Santé ont été appelés. Mais ceux-ci ont vite constaté l'état instable du patient et l'ont transporté à l'hôpital du Sacré-Coeur.

L'homme, qui repose aux soins intensifs, a depuis été opéré à au moins deux reprises.

Famille inquiète

«En partant de l'hôpital lundi soir, les médecins nous ont dit qu'il se pourrait qu'il ne passe pas la nuit. »On est démolis, on n'arrive plus à dormir", ajoute la femme de 31 ans, qui a alerté les médias, Claude Poirier en tête, pour dénoncer l'utilisation du pistolet à décharge électrique, responsable de l'état de santé de son frère, selon elle.

Quilem Registre séjournait en maison de transition après avoir purgé les deux tiers d'une peine de plus de quatre ans de prison pour vols.

La police utilise le taser gun lorsque le suspect est incontrôlable, violent, insensible à la douleur et pour lequel même le poivre de Cayenne serait sans effet.

Son utilisation est cependant contestée dans les pays où les policiers s'en servent.

Le taser gun projette à une distance de 25 pieds deux crochets qui entrent dans la peau et émettent une décharge de 50 000 volts, mais à un ampérage 10 000 fois moins puissant qu'un défibrillateur.

En vertu d'une politique ministérielle, l'enquête sur cette affaire a été confiée à la Sûreté du Québec


 
 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés