Un super-pont de huit ou dix voies?

20 septembre 2007 | 09h12
- ARGENT
Jean-Maurice Duddin

Le Journal de Montréal

Après avoir songé à l'élargir, le gouvernement pense maintenant à remplacer le pont Champlain par un super-pont, de huit ou dix voies, dont deux réservées au transport en commun.

C'est ce que Le Journal de Montréal a pu se faire confirmer par quatre sources différentes au cours des trois dernières semaines.

Étude

Une firme d'ingénieurs a même réalisé une étude montrant l'avantage de construire un nouveau pont à côté du pont actuel, plutôt que de continuer à y engloutir des millions en frais d'entretien et de réparations. Le vice-président de la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain, André Girard, a confirmé hier au Journal l'existence d'une telle étude. Le ministre des Transports, Lawrence Cannon, aurait cependant exigé une nouvelle étude, plus exhaustive. Le dilemme est simple : le tablier du pont s'use prématurément à cause du volume de véhicules qui y circulent. Construit en 1962, son tablier a été changé en 1992 au coût de 100 millions de dollars et devait durer 50 ans.

Mais avec 56 millions de véhicules par an, dont 5 millions de camions, le tablier se détériore rapidement. Sa durée utile a été presque réduite de moitié.

Ainsi, même si on continue à y injecter environ 5 millions par an en frais d'entretien, il sera à changer dans 15 ans.

Plus rentable

Dans ce contexte, la construction d'un nouveau pont, de huit ou dix voies, avec deux réservées au centre pour le transport en commun, devient une option plus rentable.

Une fois le nouveau pont construit, il serait raccordé aux voies rapides de la Rive-Sud et de Montréal. Durant la durée de la construction, l'actuel pont serait utilisé.

L'option est d'autant plus rentable que le nouveau pont coûterait environ 1 milliard de dollars, soit le même prix que l'implantation d'un train léger sur l'estacade du pont Champlain. Sauf qu'au lieu d'ajouter seulement un train, on refait le pont.

Ultérieurement, on pourrait remplacer les voies réservées pour autobus par un train léger sur rail.

Les études concernant l'estacade ont coûté 12 millions de dollars.

jmduddin@journalmtl.com