Mise à jour: 21/06/2007 08:30  
Cuba
Pas de listes d'attente dans le sud
(Journal de Montréal) ÉRIC-YVAN LEMAY
Le Journal de Montréal
 
Manon Lefrançois souffrait le martyre depuis trois ans à cause de deux hernies discales. Incapable de voir un orthopédiste au Québec, elle a été opérée en trois semaines à Cuba.

«Au Québec, on m'a dit que ça ne servait à rien de voir un orthopédiste, qu'on ne m'opérerait pas tant que j'étais capable de marcher», raconte la femme de 40 ans originaire de Cowansville dans les Cantons-de-l'Est.

::encart::

Alors qu'elle se trouvait à Cuba cet hiver, elle a décidé qu'elle tenterait sa chance auprès de médecins cubains. Après avoir pris contact avec une entreprise de la région de Québec, Service santé international (SSI), elle a obtenu un rendez-vous.

Une semaine plus tard, elle était opérée par un éminent spécialiste cubain. «Aujourd'hui, tout va bien. J'ai même recommencé à m'entraîner en gymnase», dit-elle fièrement.

20 patients opérés

C'est ce genre de témoignage que l'organisme SSI veut mettre de l'avant pour convaincre les Québécois de se faire opérer dans le sud. Depuis six mois, 20 patients se sont fait opérer là-bas, la plupart pour profiter de rabais sur les chirurgies esthétiques.

L'organisme, qui se dit sans but lucratif, touche 10% de chaque intervention en plus d'un 250 $ pour chaque inscription.

Manon Lefrançois, elle, a dû débourser 7600 $ pour son opération et son séjour de trois semaines là-bas. Elle demande maintenant un remboursement à la Régie d'assurance maladie du Québec.

«J'ai envoyé mon dossier il y a deux mois et je n'ai pas eu de nouvelles», dit celle qui est tout de même prête à assumer les coûts.

Cuba, le seul espoir

Même chose pour Colette Desgagnés dont le fils, Steeve Lajeunesse, a été opéré pour une rétinite pigmentaire en mai. «Il était en train de perdre la vue et ils ne pouvaient rien faire ici. C'était notre seul espoir», dit la dame dont le fils de 37 ans souffre du syndrome de Usher.

«Il est déjà sourd et perdre la vue aurait été sa mort›, soutient la dame qui réside en banlieue de Québec. Dans son cas, l'opération a coûté 12 500 $ au total.

Lucie Vermette et son partenaire d'affaires, Alexandre Rhéaume, ont investi 90 000 $ dans l'aventure SSI.


 
 
Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés