Imprimer

LCN / Lionel Meney cite Denise Bombardier pour conforter ses dires.

Mise à jour : 28/03/2005 10:04

Polémique

Les Québécois racistes à l'endroit des Français?

LCN
 
Selon l'auteur Lionel Meney, qui écrit dans le quotidien Le Monde, les Québécois ressentent de la haine à l'égard des Français et de leur langue.

Lionel Meney est un ancien professeur de l'Université Laval et auteur d'un dictionnaire français-québécois qui n'a pas été très bien accueilli à sa publication. Il affirme dans son article que les Québécois se sentent colonisés par la France, alors que ce sont eux les «colonisateurs» des Amérindiens et des Inuits.

M. Meney s'en prend plus particulièrement à la volonté de certains Québécois de développer une langue qui leur est propre. Il s'élève notamment contre l'instauration d'une «norme québécoise» à travers la rédaction d'un dictionnaire national. Selon lui, cette initiative favorise un certain «séparatisme linquistique» qui va à l'encontre de la tendance à l'homogénïsation mondiale.

Il ajoute que cette idéologie «masque le désir d'un groupe d'universitaires et de fonctionnaires d'imposer à la société sa conception de la norme», une norme qui ne peut qu'«isoler le Québec de la France» et «favoriser son anglicisation».

L'ancien professeur de l'Université Laval cite l'animatrice et chroniqueuse Denise Bombardier pour conforter ses dires. Selon ce que déclare Mme Bombardier dans cet article, il existe une réelle hostilité envers les Français au Québec. L'intellectuelle québécoise dit par ailleurs constater une dégradation du francais qu'elle qualifie d'«épouvantable»: elle l'attribue à une vulgarité systématique dans la langue parlée, notamment dans les médias et chez les humoristes.

L'auteur du Dictionnaire historique du français québécois, Claude Poirier, estime au contraire que les Québécois ne sont pas contre la France. Interrogé par le Journal de Montréal, il souligne que tous les pays francophones ont des mots qui leur sont propres. Selon lui, les Québecois ont des mots caractéristiques en raison de leur histoire.

L'auteure du Multidictionnaire de la langue française, Marie-Eva de Villiers, pense aussi qu'il est faux de parler d'«hostilité» ou de «haine» de la France. Elle ajoute que le texte de Lionel Meney comporte de nombreuses informations erronées.