Emmanuel Martinez
Agence QMI

Tâches domestiques: l'écart entre les hommes et les femmes ne rétrécit pas

Tâches domestiques: l'écart entre les hommes et les femmes ne rétrécit pas

hues - stock.adobe.com

Emmanuel Martinez

Les femmes québécoises consacrent toujours davantage de temps que les hommes aux tâches domestiques et cet écart ne rétrécit pas, selon une analyse de l'Institut de la statistique (ISQ) publiée jeudi.

En 2015, les femmes de 25 à 64 ans de la province passaient en moyenne 3 h 46 par semaine pour des activités comme la cuisine ou le nettoyage de la maison contre 2 h 38 pour les hommes, une différence de 68 minutes.

«Cet écart est stable depuis la fin des années 1990, a mentionné Stéphane Crespo, analyste à l'ISQ, en entrevue à l'Agence QMI. Il y a eu une forte augmentation de l'investissement des hommes dans les tâches domestiques à partir du milieu des années 1985 jusqu'au milieu des années 1990, mais depuis, cela n'a pas vraiment bougé.»

Selon l'étude, les hommes étaient plus accaparés que les femmes par des activités professionnelles en 2015. Ils y consacraient en moyenne 4 h 50 contre 3 h 35.

«Si la femme travaille moins, cela libère du temps pour des tâches domestiques, mais ce n'est pas toute l'explication. Les femmes en font toujours plus même lorsqu'elles travaillent au moins 40 h par semaine», a toutefois noté M. Crespo.

En effet, les femmes qui travaillent autant que les hommes passent tout de même une heure de plus en devoirs domestiques que les hommes. La parité est donc loin d'être acquise dans ce domaine.

Sans surprise, ce sont les parents d'enfants de moins de 5 ans qui sont les plus monopolisés par ces exigences. Chez ces ménages, la mère passe 5 h 20 par jour à ces corvées contre 3 h 56 pour le père, soit une différence de 1 h 24. L'écart est toutefois réduit à environ une heure lorsque le plus jeune enfant passe le cap des 5 ans.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos