Au secours, mon enfant commence la première année!

Rentrée scolaire - Au secours, mon enfant commence la première année!

Photo Fotolia 

Judith Plamondon

Dernière mise à jour: 20-08-2013 | 00h31

Enseignant au primaire, Colin Dufour-Labrecque donne l’heure juste sur ce qui attend votre marmot sur les bancs d’école. «Un enfant qui commence sa première année n'est pas rendu au même niveau que l'autre qui est assis à côté de lui. Et c'est tout à fait correct», rappelle d’entrée de jeu l’enseignant.

 

Doit-il savoir lire?

De nombreux parents mettent la barre haute pour leur enfant et souhaitent que celui-ci sache lire et écrire avant même son entrée au primaire. Selon M. Dufour-Labrecque, qui a aussi enseigné en maternelle, les enfants qui entrent en première année n’ont pas à savoir lire ou écrire. «Le programme préscolaire est basé sur le jeu et l’éveil», insiste-t-il.

Au moment de commencer sa première année, l’enfant doit toutefois être en mesure de reconnaître quelques lettres de l’alphabet. «Il doit aussi reconnaître et savoir écrire quelques mots qu’il utilise fréquemment, comme son prénom, celui de ses parents et de ses amis», mentionne le professeur.

«Évidemment, un enfant qui sait lire en arrivant en première année semble avantagé, mais logiquement, la majorité commence à peine l'apprentissage de l'écriture et de la lecture», nuance-t-il.

Pour ce qui est des mathématiques, l’enfant doit être en mesure d’effectuer des exercices simples de dénombrement, de comparaison et d’association. Il doit pouvoir aussi associer un objet à une forme géométrique et classer des suites d’objets selon leur couleur ou leur forme.

 

Adopter de nouvelles routines

La première année est très chargée et très importante dans le cheminement scolaire de l’enfant. «Il faut adopter avant la rentrée certaines routines avec son enfant, comme l’habituer à prendre un livre avant de se coucher», note l’enseignant, qui suggère aussi d’instaurer rapidement une routine par rapport aux devoirs, «qui sont très lourds en première année».

La rentrée scolaire marque la fin des grasses matinées estivales et des longues soirées au bord de la piscine. Mieux vaut donc préparer l’enfant d’avance à ses nouveaux horaires de sommeil.

 

C’est l’adaptation qui compte

Colin Dufour-Labrecque estime que ce n'est pas grave si l'enfant n'est pas totalement prêt à commencer sa première année; «c'est plutôt comment se fera l'adaptation dans sa nouvelle classe qui compte», fait-il remarquer.

L’enfant devra faire preuve de plus d’autonomie et fera face à plusieurs nouveautés: des bureaux individuels, des devoirs, moins de jeux et plus de travail, etc. Dans les jours précédant sa rentrée scolaire, il faut prendre le temps de discuter avec son enfant et de démystifier avec lui les changements auxquels il sera confronté.

L’enfant a surtout besoin d’être rassuré à l’approche du jour J. «Comme parent, il ne faut pas comparer son enfant aux autres, insiste M. Dufour-Labrecque. Et surtout, il faut l'encourager et lui faire vivre des réussites… Le décrochage, ça commence là!»

 


Vidéos

Photos