L'entreprise «Sociale» est une affaire de femmes

L'entreprise «Sociale» est une affaire de femmes

Lancée en février 2013 pour encourager le regroupement des femmes et faciliter le réseautage, la très jeune entreprise «Sociale» a décroché un prix qui lui confèrera plus de visibilité. Sur la photo : Olivia Deane, Kara Deane et Katrina Deane-Riggio. | Photo courtoisie 

Agnès Chapsal

Dernière mise à jour: 08-03-2013 | 09h17

«C’est une entreprise de femmes qui s’adresse aux femmes, a expliqué une des fondatrices de «Sociale», Olivia Deane. Et nous sommes quatre femmes qui sont très actives dans la communauté.»

De la cuisine végétalienne à la dégustation d’huîtres avec un expert, elle propose une série de cours de tout ordre pour inciter les Montréalaises à tisser un réseau et communiquer entre elles. Gastronomie, santé, mode, affaires, l’idée est aussi qu’elles apprennent quelque chose de nouveau.

Une histoire de famille

Après deux mois d’existence, 60 personnes ont choisi d’adhérer à ce nouveau concept et 650 personnes aiment leur page Facebook. Gagnante du concours «Aimons nos entreprises locales», Olivia Deane se dit «très surprise de ce succès.»

Grâce à ce prix, l’entreprise a décroché 1000 $ pour investir dans de futurs projets, dont un kiosque au Salon de la femme début avril à Montréal.

Cette jeune entreprise est aussi une histoire de famille. Olivia Deane travaille avec sa sœur Katrina Deane-Riggio, étudiante à temps partiel à l’université McGill, et ses deux cousines, Kara et Tasha Deane.

«On a toujours été très proches, a confié Olivia Deane. Maintenant on fait des affaires ensemble.»


Vidéos

Photos