Une soirée burlesque au profit de programmes d'éducation sexuelle

Une soirée burlesque au profit de programmes d'éducation sexuelle

Photo AFP 

Emmanuel Delacour

Dernière mise à jour: 28-01-2013 | 09h58

«On aimerait mieux que le gouvernement québécois ramène les cours d’éducation sexuelle dans le cursus scolaire, mais en attendant on essaie d’aider les écoles qui persistent à les offrir», a expliqué la docteure Laurie Betito, sexologue et partenaire du RSSQ.

En 2001, le ministère de l’Éducation a éliminé les cours d’éducation sexuelle des programmes primaires et secondaires. Toutefois, certaines écoles donnent encore de l’information sur la sexualité. C’est ce genre d’initiative qu’encourage le RSSQ.

Malgré ses 23 années d’expérience, la Dre Betito se dit encore surprise par le manque de connaissances des jeunes Montréalais.

«On me pose des questions qui me renversent tous les jours, assure-t-elle. Beaucoup de jeunes adultes ne connaissent pas bien les moyens de contraception de base. Ils arrivent au cégep ou à l’université et ils ne savent pas se protéger.» Le RSSQ s’est associé à l’entreprise de divertissement pour adultes, Monde Osé, pour organiser la soirée Sextravanganza 2013. Celle-ci mettra en vedette du divertissement burlesque, des enchères de personnalités locales, une exposition d’art érotique et de nombreux prix à gagner. Les profits seront remis au RSSQ.

L’événement, réservé aux plus de 18 ans, se déroulera à l’Auberge Saint-Gabriel dans le Vieux-Montréal, le 8 février.


Vidéos

Photos