Des détenues lancent un magazine féminin

Des détenues lancent un magazine féminin

Photo Fotolia 

Dernière mise à jour: 17-01-2013 | 11h35

«Comment rester belle en prison» et des recettes de cuisine sont au menu de cette première éditions qui sera publiée vendredi..

Elles s'appellent Catherine, Argi, Laurence ou encore Patricia et si elles sont rédactrices du magazine, elles sont avant tout détenues au centre pénitentiaire pour femmes de Rennes, en France, le seul établissement pénitentiaire français qui accueille exclusivement des femmes.

Une originalité qui a permis de créer ce magazine, une formule qui existe déjà dans quelques autres prisons, mais cette fois fait par des femmes, pour des femmes.

Face à elles, 36 pages vierges qu'il a fallu remplir d'idées, de conseils, d'humour. Dix à 18 détenues participent au comité de rédaction de ce premier numéro, entamé le 12 septembre dernier, et «elles choisissent les sujets», explique Alain Faure, coordinateur du projet pour les Établissements Bollec, l'association à l'origine de cette inititive.

Ce collectif de dessinateurs, auteurs et graphistes créé en 2005 avait déjà travaillé avec des détenues à la création de fanzines puis l'idée de réaliser «un magazine féminin a germé il y a deux ans», explique-t-il.

«On pensait avoir des sujets plus girly», relève M. Faure. Finalement 50% du magazine abordent, et c'est un choix des détenues, des sujets moins légers. «On n'imaginait pas avoir des sujets aussi sérieux, approfondis», note le coordinateur.

Ainsi, une enquête va aborder la difficulté de l'insertion professionnelle à la sortie de prison. Le magazine va aussi aborder les recettes de beauté, du masque contre les points noirs à la crème de nuit pour les mains, de fabrication maison avec des produits naturels, jusqu'à la fabrication de poupées de chiffon...

Accompagnées de professionnels, ces femmes qui arrivent en fin de peine «acquièrent l'expérience de la création d'un journal de A à Z», explique M. Faure. À elles ensuite de former les futures rédactrices des numéros suivants avant leur sortie.

La revue sera distribuée au centre de détention, «et beaucoup l'attendent car le bouche à oreille a bien marché», assure-t-il.


Vidéos

Photos