© Le Journal

Une bien drôle de chaise musicale

Dehors les becs mouillés, bonjour la «pipe musicale». La sexologue Valérie Morency trace un portrait saisissant des pratiques sexuelles des adolescents. Influencées par les nouvelles technologies, celles-ci ont de quoi défriser leurs parents, qui tardent pourtant à agir, déplore-t-elle.
Par Reynaldo Marquez
Parution
28 octobre 2008


«Connaissez-vous la pipe musicale? demande une adolescente de 15 ans. C’est comme la chaise musicale sauf que ce sont des gars qui sont à la place des chaises.» Lorsque la musique s’arrête, les filles doivent accorder une faveur sexuelle au gars devant elles. La fille qui n’a personne devant elle est éliminée.

Voilà l’une des pratiques tirées du premier livre de Valérie Morency, intitulé La Vie porno de nos ados, publié par Les Éditeurs Réunis au début d’octobre.

La sexologue, qui milite activement pour une meilleure éducation sexuelle auprès des jeunes en multipliant les conférences dans les écoles, fait mention de plusieurs autres pratiques dans son ouvrage, de quoi faire sourciller le lecteur.

 

Tous coupables


© Le Journal - photo d'archives
«L’Internet et les nouvelles technologies sont en grande partie responsables de l’hypersexualisation de nos jeunes, explique Mme Morency. La facilité d’accès à la pornographie qu’elles offrent a transformé leurs pratiques sexuelles. C’est pourquoi des filles autant que garçons n’hésitent plus à se dénuder devant leur webcam.»

À qui la faute? «Un peu à tout le monde, un peu à tout. Que ce soit à la publicité, aux médias, aux vidéoclips, aux fabricants de vêtements, à Internet, et même aux parents, qui sont aussi hypersexualisés. C’est un phénomène de société», dit la sexologue.

Nous serions donc tous un peu coupables, dit-elle en somme. Mais ce qui compte, c’est d’insister sur les solutions, qui sont multiples, assure Mme Morency.
 

Des pistes de solutions


«Je ne dis pas que tous les jeunes se livrent à ces pratiques, mais les parents doivent garder l’oeil ouvert et ne pas jouer à l’autruche», ajoute celle qui croit mordicus qu’une partie de la solution passe par l’éducation.

«Les parents doivent apprendre à leurs ados à s’accepter tels qu’elles sont plutôt que de les habiller comme des miniprostituées.» Ils doivent aussi surveiller de plus près leur accès au contenu d’Internet, en plaçant l’ordinateur dans un endroit passant de la maison, dit-elle. La sexologue va jusqu’à suggérer un retour aux valeurs traditionnelles. «Pourquoi pas? Il n’y a rien de mal à prendre son temps et à renouer avec ses enfants.»

 

Copyright © 1995-2011 Canoë inc. Tous droits réservés