AFP

Milan: la vie en rose de Fendi, Prada en cinémascope

Milan: la vie en rose de Fendi, Prada en cinémascope

Fendi voit la vie en rose - Printemps-été 2017 - Milan.Photo AFP

À en juger par les défilés de prêt-à-porter qui se sont succédé en ce deuxième jour de la semaine de la mode milanaise, les couturiers prévoient un été 2017 torride et fun.

Parfaite illustration de la tendance avec Karl Lagerfeld qui a réalisé une collection éclatante de fraîcheur pour la griffe Fendi.

Des perles colorées parsemées dans les cheveux, les lèvres étincelantes de strass, des jeunes filles envahissent le podium avec gaité, pratiquant une mode insouciante, entre simplicité et élégance sophistiquée.

Laissant entrevoir des culottes bouffantes un brin enfantines, avec leurs robe-chemises ultra courtes et leurs petits tricots découvrant le ventre, leurs robes tablier à rubans ou encore leurs fines combinaisons transparentes décorées de broderies, elles dégagent une légèreté bienvenue en ces temps de crise.

Un esprit ludique accentué par leurs bottines à talons hauts simulant des chaussettes en trompe l'œil et par les tonalités pastel, dont le rose pâle presque chair, qui domine cette garde-robe, sans jamais tomber dans la mièvrerie.

À cela s'ajoute le jeu des rayures horizontales ou verticales, dans toutes les tailles.

Tout se joue dans la «déconstruction» subtile des vêtements. De grands carrés de tissus peuvent ainsi se nouer à la taille (ou s'ôter), façon tablier sur une robe ou un maillot de bain.

Les robes fendues se superposent à des tops en toute liberté, de riches vestes brodées sont totalement ouvertes dans le dos. Les mélanges de tissus brocart, les décorations à la feuille dorée, les fleurs et papillons appliqués ajoutent à la féérie.

«En matière d'innovation et de recherche, c'est l'une des plus belles collections que nous ayons jamais réalisées», indique à l'AFP en coulisses l'administrateur délégué Pietro Beccari.

Couleurs vitaminées

La maison romaine a notamment présenté pour l'occasion son nouveau sac personnalisable avec poignées amovibles.

«Entre la poignée classique, la bandoulière et une autre attache, ce sac peut se recomposer de toutes les manières et grâce à l'ajout de quatre anneaux, il peut s'enrichir de toutes sortes de colifichets. Le sac-à-main devient un jouet pour adulte», résume en souriant Silvia Venturini Fendi, la directrice artistique des accessoires femme de Fendi.

Prada frappe aussi un grand coup avec un défilé-performance très applaudi. Dans un décor grillagé, où les talons des mannequins résonnent de manière métallique sur un podium argenté réfléchissant, se dresse une série de grands écrans sur lesquels est projeté un film du réalisateur américain David O. Russell.

Tandis que s'entremêlent les histoires de différents personnages filmés en noir et blanc, les mannequins défilent sous les écrans.

C'est une collection très «Prada», qui se dévoile, que ce soit dans les imprimés abstraits un brin rétro, dans les pièces très classiques comme ces chemisiers stricts, ses vestes masculines à carreaux et ces cardigans croisés, ou encore dans ce mélange des genres avec une touche d'excentricité.

Les mannequins sont chaussées de sandales plates genre savates, ornées de plumes d'autruches. Des plumes colorées, que l'on retrouve partout, bordant des manches, la fente d'une nuisette, le fond d'un pantalon dans un ensemble pyjama en soie du plus grand chic, ou encore en boa à enrouler autour du corps.

Le soutien-gorge se porte sur une chemisette imprimée avec des shorts rétro moulants, le sac se tient serré sous le bras comme un document précieux.

Même esprit joyeux chez Emilio Pucci, où le jeune directeur artistique Massimo Giorgetti fait exploser les couleurs vitaminées.

Rose pâle, jaune d'or, orange, turquoise, vert pomme, bleu électrique... De maxi robes tuniques fluides monochromes légèrement drapées s'endossent avec des bottines en tissu fluo d'une autre teinte, ou sont proposées dans les imprimés abstraits un brin psychédéliques de la maison florentine assorties en total look aux chaussures et au sac.

Les ventres se dénudent, les petites robes d'été évoquent la plage. Les filles peuvent cacher leur joli minois sous les longues franges d'un chapeau en paille effet paillote ou encore sortir en maillot de bain avec simplement un coupe-vent sur le dos en cas d'averse.

Max Mara prévoit aussi une chaleur tropicale pour l'été prochain avec des visières pour se protéger du soleil et un vestiaire sportif pimentés également de touches colorées à fort impact ou d'imprimés savane.

Les robes gainantes en jersey et les leggings en nylon très moulants apportent un côté sexy à cette garde-robe très pratique avec ces petites pièces interchangeables, ses combinaisons bustier, ses sweat-shirt sans manches ou encore ses blousons et impers légers.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos