AFP

Lady Gaga rafle la mise en Marc Jacobs

Lady Gaga rafle la mise en Marc Jacobs

Lady Gaga lors du défilé Marc Jacobs.Photo AFP

La chanteuse Lady Gaga a été l'invitée surprise du défilé de Marc Jacobs, qui a clôturé la semaine de la mode sur une note sombre, avec une collection tout en noir et gris.

Repérable par sa taille plus modeste que celles des autres mannequins, Lady Gaga avait revêtu un manteau gris immense, avec de la fourrure sur les manches, porté sur un chemisier vert pastel avec un ruban noué en cravate.

Comme ses collègues d'un soir, l'invitée surprise du couturier américain a défilé avec des chaussures dotées d'immenses talons compensés.

Gênées par ces chaussures acrobatiques, plusieurs modèles ont manqué de tomber au moment d'effectuer le virage qui devait leur permettre de faire le tour de la piste ronde.

Tout comme une autre vedette du défilé, le mannequin Kendall Jenner, Lady Gaga était coiffée avec des ondulations, qui rappelaient les femmes des années folles et de l'entre-deux guerres.

Selon le site spécialisé Women's Wear Daily, la chanteuse, connue pour son look extravagant, a insisté pour se préparer dans les mêmes conditions que les autres mannequins.

La collection était très sombre, dans son ambiance générale mais aussi dans les couleurs, avec une dominante de noir et de gris.

Dans leur conception, les pièces présentaient une grande diversité, du blouson en cuir au grand manteau semblé sorti de la garde-robe d'un homme d'une corpulence hors norme.

La collection explorait de multiples directions, d'une veste en jean, toujours très masculine, à une robe très féminine composée de pièces noires et blanches, à pois.

Calvin Klein sensuel

Dans l'après-midi, Calvin Klein s'était déjà amusé avec le masculin féminin, par le biais d'une collection interprétant la garde-robe de l'homme sur un mode sensuel, au thème sans équivoque: «La nuit d'avant, le matin d'après».

«Nous avons beaucoup joué avec le costume, qui est un classique de la maison. Nous ne l'avions pas fait depuis un moment de façon aussi structurée», a expliqué à l'AFP, après le défilé, le créateur Francisco Costa.

«C'était amusant de revenir au costume après être revenu à la robe à bretelles» pour la précédente collection.

Le costume revisité pour la femme est composé d'un pantalon ample et d'une veste assez longue, cintrée à la taille.

Francisco Costa y a ajouté un haut très décolleté et des bretelles défaites.

Le noir, très présent, et le cuir, ajoutent au côté sensuel de la collection. Pour appuyer l'idée, des soupirs féminins, étaient diffusés dans la salle avec une musique minimaliste.

«Je crois que c'est important, parce que nous sommes tous faits de ça», explique le créateur brésilien, qui dirige la collection femme depuis 2003.

Ralph Lauren jour et nuit

Dans la matinée, Ralph Lauren avait offert une collection faite d'ultra-féminité en or liquide pour le soir, et un brin dandy rock'n'roll le jour.

Une touche western complétait le tableau, Amérique oblige.

L'actrice Sienna Miller était au premier rang, assise à côté de la grande prêtresse de la mode Anna Wintour.

La mannequin Karlie Kloss a ouvert le défilé en cardigan de cachemire taupe, chemise à haut col noué assorti, et ample pantalon de laine.

La femme Ralph Lauren a pour l'automne 2016 des allures de gentleman britannique la journée: luxueuse veste de costume croisée à carreaux bruns, grand pantalon de laine, porté avec chemise de soie et cravate taupe.

La cravate se porte aussi avec une blouse de crêpe de chine sous un costume de daim croisé ou, plus western, avec une grosse veste «ranch», ou une cape à franges, une grosse ceinture de cuir et des bottines western.

Plus dandy, elle mélange veste de brocard, cravate et jeans métalliques, ou porte un grand manteau aux bas des manches dorées, sur une chemise blanche à grand col froncé cascadant.

Mais c'est le soir qu'elle donne toute sa dimension, en longues robes, de velours pourpre plissée à épaules nues mais aussi dorée et évasée, donnant l'impression d'être en or liquide.

Très applaudi, Ralph Lauren, 76 ans, dont la société fêtera ses 50 ans l'an prochain, est venu saluer, en jeans, bottes de cowboy et veste de tweed, marchant lentement.

Après New York, tous les regards vont désormais se porter sur Londres dont la semaine de la mode prend le relais.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos