La rédactrice en chef de Vogue à la tête d'une ambassade américaine?

La rédactrice en chef de Vogue à la tête d'une ambassade américaine?

Anna Wintour a inspiré le personnage central du livre et du film Le diable s'habille en Prada | Photo AFP 

Agence France-Presse

Dernière mise à jour: 09-12-2012 | 23h15

Toutefois, la Maison Blanche a refusé de confirmer cette semaine que la célèbre journaliste de mode Anna Wintour était sur les rangs pour devenir ambassadrice.

Washington a néanmoins souligné que des missions diplomatiques pouvaient être dirigées par des personnes non issues du département d'État.

Le nom de Mme Wintour, rédactrice en chef de l'édition américaine du magazine Vogue et dont la personnalité a inspiré le personnage central des livre et film Le diable s'habille en Prada, circule depuis des mois pour diriger l'ambassade des États-Unis à Londres, voire à Paris.

La rumeur s'est accentuée après une dépêche en ce sens de l'agence Bloomberg cette semaine.

Interrogé pour le deuxième jour consécutif mercredi à ce sujet, le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney, a d'abord affirmé qu'il n'avait aucune déclaration à faire sur des nominations.

Mais poussé dans ses retranchements, il a expliqué que voir une personne non issue du sérail diplomatique diriger une ambassade n'était pas sans précédent, tout en refusant de confirmer que Mme Wintour était sur les rangs.

«Je pense que le président, dans chacune de ses nominations, est à la recherche de talent, de sagesse et de caractère, et il le ferait quel que soit le poste à pourvoir», a assuré M. Carney lors de son point de presse quotidien.

«Certains diplomates qui ont obtenu de grands succès dans l'histoire de ce pays n'ont pas nécessairement gravi toutes les marches du corps diplomatique», selon lui.

Mme Wintour, 63 ans, figure parmi les donateurs les plus importants de la campagne électorale de M. Obama, et de telles nominations «politiques» ne sont pas rares dans l'histoire américaine.


Vidéos

Photos