L’art de la caresse intérieure

La pénétration - L’art de la caresse intérieure

 

Par Pascale Martel - Collaboration spéciale

Dernière mise à jour: 24-04-2009 | 12h09

Je le concède illico: cette jolie expression tout en douceur et en promesse pour désigner la pénétration ne vient pas de moi mais du Dr Gérard Leleu, le grand manitou de l’orgasme! Grâce à ses expertes connaissances, on a tout le loisir de revoir notre perception par rapport à la pénétration, de s’initier à cette caresse intérieure, et peut-être même, d’en profiter pour faire le grand ménage du printemps dans nos façons de faire qui ont tendance à s’empoussiérer avec les années. Ouvrez grandes vos fenêtres pour faire entrer ce vent de fraîcheur!

Êtes-vous de celles qui peuvent décrire d’avance les moindres gestes, paroles et onomatopées qui surviendront lors de votre prochaine étreinte avec votre tendre moitié? Il vous embrassera 1 minute 30, puis, mettra sa main droite sur votre sein gauche, ensuite vous frotterez la vôtre sur son pénis, puis, une fois à poil, il vous gratifiera d’un cunnilingus dans cette même position qui a plus de cent fois fait ses preuves, enfin pour clore le spectacle, il vous pénétrera à la missionnaire et la boucle sera bouclée au bout de 5 minutes 30 par derrière, en levrette?

Celles qui ne se reconnaissent pas dans ce monotone descriptif de ce qui se passe entre un gars et une fille un samedi soir avant la «game» de hockey, sont bien veinardes! Pour les autres, y’a de l’espoir! Il n’y a aucune raison pour que la chose en soit réduite à quelques coups de butoirs vite faits. Dr Gérard Leleu, médecin, sexologue et thérapeute de couple et auteur de plus de vingt bouquins sur la sexualité nous livre dans son Traité des orgasmes quelques petits trucs beaux, bons, pas chers et payants pour élever la pénétration à un sommet: celui de l’art de la caresse intérieure. Mmmm, quelle exquise promesse!


Variation rythmique


Messieurs: mettez de côté le sempiternel va-et-vient qui martèle Madame avec la régularité d’un métronome. Voyez plutôt votre mouvement comme un geste fluide qui caresse les tendres parois vaginales de votre amoureuse. Au début, si vous manquez d’inspiration, vous pouvez essayer d’y aller avec 3 coups rapides suivis de 6 coups beaucoup plus lents, plus profonds. Le but est de varier les mouvements: alterner pénétration superficielle et pénétration profonde. Les axes de pénétration peuvent également varier, d’une fois à l’autre: vers l’arrière, vers l’avant. Dr Leleu y va même de cette suggestion: «dessiner des 8 et alors exécuter une sorte de danse qui régale tous les points érogènes de Madame.» Ce qu’il faut absolument éviter, ce sont les rythmes très rapides qui entraînent souvent l’excitation à l’orgasme. Ceci est contraire à la caresse intérieure, qui se veut plutôt comme une ode au vagin, et non à la verge! «L’homme doit conduire son étalon avec vigilance et veiller à lui reprendre la main à temps. (…) La femme sera également active, bougeant à l’envie son bassin, en particulier.» Le tout, librement ponctué de pauses pour laisser aux amoureux le temps de se regarder, de se glisser des mots doux ou cochons – pourquoi pas? – et faire monter d’un cran l’excitation, le désir, l’amour.

Plaisir affûté


Le plus beau dans tout ça, c’est que le plaisir croît avec l’usage: plus les parois du vagin se contractent et se frottent contre ces mouvements variés du pénis, plus les muqueuses se sensibilisent. Les sensations se font plus fortes, plus intenses. Leleu décrit le phénomène: «il se produit une «magnétisation» des muqueuses qui rend leur surface «électrique» donc jouissive en diable et très «attractive»: les muqueuses s’attirent et s’accolent étroitement. (…) Le prolongement de l’excitation entraîne un maximum d’intumescence des tissus érectiles qui alors se moulent l’un sur l’autre.» Et ne me dites pas que cette perspective vous laisse de glace!



Vidéos

Photos