Patrick Désy

Chronique de Patrick Désy

Canoë

Sexy tawny par Taylor

Sexy tawny par Taylor

Photo Fotolia

Toujours aguichant, intensément parfumé, le porto tawny conjugue la magie du fruit (abricot confit, poire, banane, etc.) et de l’élevage (épices, vanille, bois, fumée, noisette, etc.) en fonction du temps. Contrairement au Vintage qui ne fait que 2 ans de bouteille, le tawny est habituellement élevé de longues années en barrique. Ce vieillissement rend la robe d'un brun doré présentant souvent des reflets orangés ou fauves, qu’on dit justement « tawny » en anglais. Le plus souvent, il est commercialisé en mention d’âge : 10, 20, 30 et 40 ans. Les colheitas, qui font partie de la famille des tawnys, affichent quant à eux l’année de récolte. Il faut se référer à la date de mise en bouteille pour connaître le nombre d’années de vieillissement. Le tawny ne présente généralement pas de dépôt et est prêt à boire dès sa mise en bouteille. Sauf quelques exceptions, il ne se bonifie pas en bouteille avec le temps.

David Guimaraens, œnologue en chef chez Taylor, Fladgate & Yeatman, mais aussi chez Fonseca et chez Croft, était de passage à Montréal cette semaine. Sixième génération de cette noble famille à bosser dans le négoce et la production du porto, c’est un homme généreux et d’une assurance déconcertante. Transcendé par la passion et son amour du porto, c’est l’un des rares à toujours refuser de produire un vin sec comme le font la plupart de ses confrères installés dans le Douro. Si vous me permettez une comparaison avec les premiers grands crus de Bordeaux, on pourrait dire que les vins de Taylor sont habituellement voluptueux comme à Margaux, dense comme à Latour, aristocrate comme à Lafite-Rothschild, aérien comme à Haut-Brion, et charmeur comme à Mouton-Rothschild. La comparaison vaut surtout pour le Vintage de la vénérable maison dont le cœur du vin provient de la célèbre parcelle Vargellas. Il n’en demeure pas moins que la gamme tawny chez Taylor est remarquablement sexy. Des vins au charme irrésistible qui se distinguent par leur finesse et leur complexité. Voici mes impressions sur les vins présentés.

Buvez moins. Buvez mieux.

Tawny 10 ans, Taylor Fladgate, Porto, Portugal

33,75 $ Code SAQ 121749

20 %

110 g/l

L’introduction parfaite au tawny. Le charme opère sans détour. Parfumé à souhait. Moelleux, vibrant et élégant. On joue sur la prestance du fruit tout en restant à des années-lumière du vintage, quoiqu’avec la même idée de fraîcheur. Abricot mûr, noisette, caramel. Que du bon!

*** ½ $$$

Tawny 20 ans, Taylor Fladgate, Porto, Portugal

69,75 $ Code SAQ 149047

20 %

110 g/l

Le 20 ans est sans doute le meilleur rapport qualité/prix, non seulement chez Taylor, mais dans l’ensemble des tawnys. Le vin paraît entre deux âges. L’équilibre entre le fruit et un début d’évolution donnant naissance à un supplément de complexité par rapport au 10 ans. C’est plus

compoté, plus mûr. En bouche, c’est plus sucré, plus rond, plus dense. Noisette, fleur d’oranger, calisson, bois noble, épices douces, caramel. Une caresse.

**** $$$$ ½

Tawny 30 ans, Taylor Fladgate, Porto, Portugal

190,25 $ Code SAQ 540252

20 %

n.d g/l

Chez Taylors, c’est celui que David considère le moins sucré. Le plus intellectuel. Le plus racé. C’est pour lui un porto de « gastronomie ». On entre dans un tout autre univers. C’est cher en maudit, mais c’est un vin impressionnant. Un vin qui induit une sensation de WoW! Et dites-vous qu’il a fallu une méchante part de anges (pour désigner poétiquement le volume de vin perdu par évaporation au fil des années dans la barrique) pour produire chaque bouteille. Fruits secs, élégance princière, grande amplitude, densité, finesse et finale superlative. Grand vin.

**** ½ $$$$$

Tawny 40 ans, Taylor Fladgate, Porto, Portugal

250,00 $ Code SAQ 540260

20 %

n.d. g/l

Initié ou pas, on se sent immédiatement interpellé par le vin. D’une grande intensité aromatique, le bouquet joue sur tous les registres avec en avant-plan des tonalités de miel, de muscade, de tarte à la farlouche et de torréfaction. Un moelleux unique, concentré, dense, mais tout aussi aérien et d’une remarquable plénitude. Une rareté. Ça coûte très cher à produire. Le prix, évidemment, est en conséquence. Un vin remarquable, quoique personnellement, rendu là, j’opte pour le 30 ans. Ça reste une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie!

**** $$$$$



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos