Patrick Désy

Chronique de Patrick Désy

Patrick Désy
Canoë

Vin: les tendances 2016

Vin: les tendances 2016

Photo Fotolia

Patrick Désy

En ce début d’année vinicole, rien de mieux que de s’amuser à jouer aux prédicateurs de tendances. Au fil de mes lectures, voici comment on pourrait résumer ce qui se dessine en 2016 côté vin.

Vin nature

Avec le bio, c’est possiblement la tendance la plus forte. Longtemps disponibles uniquement via l’importation privée ou au restaurant, les vins naturels - dont on pourrait discuter longtemps la définition puisqu’il n’existe pas de cahier de charge officiel - ont fait leur entrée «officielle» à la SAQ. Non seulement on en parle de plus en plus, mais les vins naturels se démocratisent. C’est d’ailleurs un vin nature qui a remporté la palme des meilleurs vins sous 30 $ de l’an dernier.

Soyez tout de même prudent: ce n’est pas tous les vins naturels qui sont bons, loin de là! C’est plutôt une minorité. Bref, il y a encore beaucoup de travail à faire pour éduquer ceux qui les boivent et, surtout, ceux qui les servent!

Vins québécois

En faisant leur entrée dans les épiceries, les vins du Québec seront plus que jamais accessibles. Est-ce pour autant une bonne nouvelle? Il faudra faire gaffe à ne pas en faire des vins de seconde zone, comme l’explique mon collègue Claude Langlois.

Malgré les quantités qui devraient augmenter, il faudra surtout s’assurer de faire mieux côté qualité. On trouve encore trop de vins approximatifs vendus à des prix indécents. Mais, de manière générale, j’ai l’impression que les choses vont dans le bon sens. Tant mieux!

Réchauffement climatique

C’est notamment le réchauffement climatique qui aide des régions comme Niagara, le Prince Edward County et le Québec à faire de meilleurs vins, les deux premières ayant évidemment un net ascendant sur les vins d’ici.

Le réchauffement climatique a également des effets bénéfiques directs sur des régions comme Chablis en France ou la Moselle en Allemagne qui peuvent aujourd’hui produire des vins de haut niveau pratiquement à chaque millésime, une chose complètement impossible il y a une trentaine, voire une vingtaine d’années. Le réchauffement climatique devrait aussi bénéficier à des régions comme la Nouvelle-Écosse et le sud de l’Angleterre où les vins effervescents ont le vent dans les voiles.

Vins plus légers et moins sucrés

Je ne suis pas convaincu que ce sera une tendance lourde de 2016, mais je le souhaite ardemment! Disons au revoir aux vins botoxés aux sucres résiduels (et autres intrants de synthèses dont on peut douter du bienfait sur notre santé) comme Ménage à Trois ou Wallaroo Trail. Bonjour les vins respectueux de leur terroir qui évite le piège de la sur-maturité et de la concentration. Sauf exception (pensez Châteauneuf-du-Pape, Priorat, etc.), on cherchera des vins avec des taux d’alcool sous les 14%.

Apps et gadgets

Les applications vins ne cessent de se multiplier. On veut pouvoir connaître le prix et la disponibilité d’un produit sur le champ. On veut savoir les cépages, ce que les critiques en pensent. Combien de bouteilles en reste-il dans ma réserve personnelle? Dois-je abaisser le taux d’humidité ou la température du cellier? Quelle est la valeur actuelle de mes vins? Pour les vins en biodynamie, on veut savoir le moment préférable pour les ouvrir. Tout ça est dorénavant possible en consultant son téléphone intelligent.

Côté gadget, le Coravin, qui permet de retirer le vin sans ouvrir la bouteille et abimer le contenu restant, devrait continuer sa petite révolution, même si je suis personnellement dubitatif à l’idée de boire une bouteille sur plusieurs semaines…

Vins de star

Après Francis Ford Coppola, Gérard Depardieu, Angelina Joly et Brad Pitt, les Rolling Stones, Pink Floyd - la liste pourrait s’allonger - plus que jamais, vous risquez de voir les vins de vEÛdettes se multiplier. Après Cinquante Nuances de Grey, aurons-nous droit à une cuvée Star Wars?

Régions à suivre

Bien malin celui qui pourra prédire les régions à suivre. Chose certaine, celles qui produisent de bons vins à partir de cépages originaux et à bon prix vont continuer de s’imposer. Pensez au Jura dont la popularité ne se dément pas depuis près de dix ans, aux vins de Grèce, de Sicile et des Pouilles en Italie, de Chablis, du Languedoc-Roussillon et de Loire en France, à ceux d’Autriche, d’Hongrie de même qu’aux régions de Rias Baixas, Xérès, Bierzo et Jumilla en Espagne.

À suivre, également, la nouvelle génération de vignerons en Californie qui s’est mise à produire des vins plus légers et en phase avec leur terroir.

Nous aurons l’occasion de s’en reparler tout au long de l’année. En attendant, voici quelques vins à siroter ce week-end.

Buvez moins. Buvez mieux.

Le blanc

Nicolas Potel Vieilles Vignes Chardonnay 2013 Bourgogne

(23,80 $ - Code SAQ 11890926)

Je n’ai pas encore eu le temps de revenir sur mon dernier séjour en Terre Sainte qu’est la Bourgogne (j’y reviendrai d’ici peu), mais chose certaine, c’est avec ce genre de blanc qu’on se laisse facilement convaincre de la magie de cette région.

Un chardonnay juste assez beurré, plus rond que droit, mais jamais pataud ou ennuyant. C’est savoureux, facile et élégant.

***
$$ ½

Le rouge

Les Vins de Vienne Crozes-Hermitage 2013

(24,65 $ - Code SAQ 10678229)

Une syrah gourmande par ses parfums bien typés de fleur mauve, de poivre, d’eucalyptus et une pointe de fumée.

On devine un fruit mûr par le côté à la fois lissé de la bouche et l’acidité plutôt basse, mais fine du vin.

C’est velouté, énergique et de longueur appréciable avec une petite pointe d’amertume en finale qui contribue à sa grande buvabilité. Impeccable.

***
$$$

L’aubaine

Bonpas Grande Réserve des Challières 2014 Côtes du Ventoux

(12,95 $ - Code SAQ 331090)

En ce début d’année, si vous cherchez un petit vin de semaine beau, bon, pas cher et disponible partout au Québec, c’est votre meilleure option!

Généreux, d’une belle netteté sur le plan des saveurs (fruits rouges, viande sanguine, pivoine), avec un petit côté poivré en arrière-plan.

C’est tendre, bien construit et soyeux au palais. Servir frais.

**
$

Le grand vin

Domaine Gourt de Mautens 2011 Côtes du Rhône Villages

(68,50 $ - Code SAQ 11217774)

Jérôme Bressy, producteur phare situé à Rasteau, dans le sud rhodanien, semble avoir raffiné son approche. C’est du moins ce que donne à penser son 2011 qui débarquait à la SAQ en décembre dernier.

Auparavant lourd, presque dur et surtout puissant, le vin a gagné en patine, en fraîcheur et en pureté. J’ai même cru y détecter un petit côté «naturel» «pas propre» qui, curieusement, faisait briller le fruité du vin.

Nettement plus digeste que par le passé, j’avoue avoir été conquis, même si le prix peut en faire sourciller plus d’un!

****
$$$$



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos