Retour à l'accueil Cuisine & vins
ABC
HOMARD
Recettes simples
SEXY
Regard des hommes
Comment l'attirer?
PHOTOS
Rincez-vous l'oeil!
Nos galeries
27 août 2011

Crudessence
Cru-indifférence


Je savais que j’allais vivre une expérience particulière dans ce restaurant, je m’étais préparé. Je ne parle pas de manger de la luzerne pendant deux semaines avant ma visite, mais j’étais préparé à vivre autre chose que les expériences culinaires que je suis plus habitué de vivre. Ouvert, réceptif, je voulais découvrir la gastronomie du cru, du végétalien et du vivant. Pour ça, j’ai invité la plus vivante des végétariennes que je connaisse, et comme un pèlerin qui vient de recevoir la lumière, je me suis dirigé vers le Crudessence!






Style de restaurant



Une cuisine qui a plusieurs raisons d’être: pour la santé, pour revitaliser le corps, et peut-être même l’esprit! Une cuisine de saison, de proximité, bio, riche en nutriments et en enzymes. Une cuisine de recherche et de création, puisque beaucoup de choses restent encore à découvrir. La volonté et la motivation y sont. Pour le goût par contre, j’y reviendrai plus bas, je ne suis pas convaincu...

Décor


Crudessence compte deux restaurants à Montréal, et nous avons choisi celui situé sur Rachel, une portion de rue bien intime. Comptoir de service avec plats à emporter, jolie terrasse fleurie, ainsi qu’une petite salle à manger. Cette dernière est sans grand confort, mais conforme aux attentes des clients, qui se soucient bien plus de leur assiette que du mobilier et du décor. C’est vraiment simple de chez simple et très blanc (symbole de pureté?!).

Ambiance


Décontractée au possible, sans flafla, la détente est au menu! Tant mieux, on est moins stressé pour manger du vivant.
Pub.
Cote de Thierry
2/5
 
Cote des internautes
2/5
(Nbre de vote : 2)


Clientèle



J’ai l’impression que personne ne va chez Crudessence par hasard, les gens savent où ils mettent les pieds.

Carte des vins



Boissons sans alcool uniquement, nous avons essayé l’Immuniterre, qui ne m’a pas plu. Ça me semble pourtant difficile de rater un cocktail de fruits, mais bon...

Le repas



J’ai beau vouloir, ça ne m’atteint pas. Ça me laisse totalement indifférent. Même des chefs comme Passard, Adria, Redzepi et tant d’autres, qui vénèrent les végétaux, s’extasient aussi devant une flamme, des braises bien rouges, la vapeur embaumante, le beurre moussant dans la poêle... Le métier de cuisinier est une ode à la cuisson. Le cru se marie merveilleusement bien au cuit, mais l’un sans l’autre, je trouve ça dommage. Il y a comme un exercice de sublimation apporté par le chef qui maîtrise adéquatement les modes de cuisson. Un dicton dit même (et je le pense vraiment!) qu’on devient cuisinier, mais on naît rôtisseur. Mais bon, la démarche de Crudessence est louable, je ne le nie pas du tout. Soupe du jour, une «soupe verte», concombre, épinard, avocat, basilic et maïs. La trop grande quantité d’épinards utilisée dans cette soupe lui conférait une amertume excessive (mais lui donnait aussi une superbe couleur!). La texture aurait pu être mieux maîtrisée, un peu liquide. Capuchons de Grenoble, faits de petits champignons blancs (style de Paris), marinés, légèrement déshydratés, évidés puis farcis d’un pâté de noix de Grenoble et graines de chanvre. Ce n’était pas mauvais du tout, mais la saveur acide laissée par le vinaigre de pommes, beaucoup trop présent, était dérangeante. Nous avons d’ailleurs retrouvé cette sensation d’acidité dans plusieurs plats dégustés.
Combien ça coûte
91 $ tout compris

Le quartier
À proximité du mont Royal

L’adresse
Crudessence
105 rue Rachel
Montréal
Téléphone: 514-510-9299


Ensuite, ça ne s’est pas amélioré pour moi avec le burger. Boulette à base d’un mélange de champignons, tomates séchées, lin et légumes variés, servis sur chapati, garni de tomates fraîches, oignon rouge, laitue, moutarde, ketchup-maison ainsi que notre célèbre sauce aïoli aux câpres (c’est l’intitulé!). Vous l’aurez compris, j’ai détesté. J’ai passé l’assiette à mon invitée, tout de même, question d’avoir un deuxième avis. Et bien, Stéphanie a fait la grimace et m’a redonné mon dû, sic! On était bien loin du burger bien juteux. Pourtant, de très bons burgers végétariens sont tout à fait réalisables. Pour mon invitée, une crêpe sauvage, avec épinards, tomates séchées, fromage de cajou et champignons marinés. Pas de quoi écrire à sa mère, mais tout de même correct, avec un assez bon dosage des ingrédients. La soirée s’est terminée en beauté par contre, sauvée par les desserts! Étonnants, je vous les recommande tous. D’ailleurs, ils ont la bonne idée de proposer une assiette de dégustation, formule que je trouve idéale pour se faire une idée.

Le service



Distant, peu attentif aux questions de novices comme moi. Il y avait une sorte de suffisance du genre, t’es pas de ma gang pis ça paraît et donc, tu ne m’intéresses pas! C’est une sorte de mode en ce moment dans les restos, si tu ne «fit» pas, tu es négligé par les serveurs, c’est vraiment désagréable.





Coup de toque

Pour vivre une expérience différente.

Coup de torchon

J’en ai d’autres à vous recommander!



Commentaires des internautes
Moyenne des votes :
Nombre de votes : 2

J'approuve votre point lorsque vous dites qu'il y a beaucoup de plats ont un goût d'acide et vinaigré beaucoup trop présent, ce qui gâche le plaisir et donne mal aux lèvres et au ventre... Mon amie et moi avions même fait la remarque à la serveuse, qui avait à peine réagi... Dommage!

2/5
06-09-2011- Joelle Taschereau- âge : (26-35)

Je pense qu'il faut voir au-delà du simple résultat culinaire et on ne doit pas chercher à comparer un plat cuit par rapport à un cru. L'alimentation crue est autre chose et c'est un goût qui se développe et qui apporte plus qu'un simple plaisir gustatif mais également un bien-être.

2/5
05-09-2011- Mélissa- âge : (26-35)
Laissez vos commentaires sur ce restaurant
Écrivez vos commentaires :


Vos cotes :


Votre nom :


Votre âge :


Votre adresse électronique :




Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.
MicasaCanoë VoyagesLifewise
23 avril 2014