Retour à l'accueil Cuisine & vins
ABC
HOMARD
Recettes simples
SEXY
Regard des hommes
Comment l'attirer?
PHOTOS
Rincez-vous l'oeil!
Nos galeries
25 juillet 2009

St-Urbain
Un sur deux!


Depuis quelques années, les jeunes cuisiniers du Québec ont une ambition bien marquée; celle de voler de leurs propres ailes afin d'être propriétaire de leur restaurant. Dans la grande majorité des cas (penser au Kitchen Galerie, L'Inconnu, chez Roger, Joe Beef, La Montée, Duel, Tapéo, Les trois petits bouchons…) on se rend compte que le succès est là pour les jeunes chefs de talent. Du succès, j'en souhaite aussi au jeune chef Marc-André Royal, car il faut du courage pour se lancer en affaire par les temps qui courent !





Décor


Ils démarrent… Le budget décor des jeunes propriétaires est passé aux oubliettes. L'argent a plutôt été mis dans la cuisine (bravo chef!) mais une petite visite impromptue de Saskia Thuot de Décore ta vie à Canal vie, ne ferait pas de mal… Avec quelques dollars, c'est fou tout ce que l'on peut faire.

Ambiance


Malgré le taux élevé de décibels, l'atmosphère était tendue, particulière. Je suis surpris d'avoir ressenti une certaine froideur malgré le bruit, ça faisait bizarre. Toutefois, si vous y allez en groupe, vous ne remarquerez rien de désagréable.

Style de restaurant


Cuisine inspirée, beaux produits, prix appuyés. Le local est sans grand attrait, la cuisine est ouverte pour voir les cuisiniers s'activer. La préparation est soignée, la présentation des assiettes est bien étudiée. On sent le souci réel de bien faire.

Pub.
Cote de Thierry
3/5
 
Cote des internautes
5/5
(Nbre de vote : 2)

Clientèle


Le quartier en entier se réjouit de l'ouverture du St-Urbain. Enfin un restaurant digne de ce nom dans Ahuntsic.Il y a toujours l'effet de nouveauté, mais si le jeune chef Marc-André Royal suit bien sa partition de l'excellence, les gourmands viendront de partout.

Carte des vins


Les vins sont inscrits uniquement sur un grand tableau noir (qui fait la totalité du mur du restaurant) et ce n'est pas pratique. Résultat? Vous devez vous lever de votre table pour lire et choisir parmi les vins proposés (comme chez Joe Beef). C'est un concept que je n'aime pas. Les clients sont mal à l'aise de regarder pardessus les épaules et les têtes des clients qui ont le dos au tableau.

Le repas


Pour commencer, omble de l'arctique. Cuisson judicieuse (rosé au centre, bien saisi en surface avec la peau); l’omble était accompagné d'un nuage mousseux au citrus et d'un coulis au citron Meyer. C'était vraiment très bon et l'exécution d'ensemble était parfaite, un plat quatre étoiles! Malheureusement, la deuxième entrée, asperges sauvages avec oeuf poché, était décevante. Les minis asperges sauvages, que j'adore en temps normal, étaient dures et fades! Un sur deux!

En plats principaux, flan de porc cuit longuement, servi avec un ragoût de haricots. C'était très savoureux. D’accord, le flan de porc n'est pas aussi réussi qu'à la Montée, mais c'était vraiment sympathique. Longe d'agneau (tendre et cuite comme il se doit) avec quelques légumes. Alors que nous aurions dû nous satisfaire de ce plat, ce fut une demi-déception, car rien dans la conception de cette assiette ne nous a laissé un bon souvenir. C'était sans magie! Un sur deux!

Combien ça coûte
131 $ pour deux, tout compris avec trois verres de vin.

Le quartier
Au coin de Fleury et St-Urbain

L’adresse
St-Urbain
96 rue Fleury,
Montréal
514-504-7700



Le dessert vedette du moment dans les restaurants de Montréal est le beignet roulé dans le sucre. Celui-ci était accompagné de caramel au beurre salé. C'était délicieux, sympathique comme tout, présenté sur une petite plaque de pierre. Aussi, un panacotta à la vanille et jus de basilic, agrémenté de fruits compotés. Le panacotta était tellement dur que la cuillère avait du mal à entrer dans le joli petit verre. Dommage, encore une fois, ce fut un sur deux! Malgré ses désagréments culinaires, je retournerais sûrement au St Urbain!

Le service


La jeune fille qui s'est occupée de nous était une personne de métier, ça se voyait, ça s'entendait, c'était rassurant. Serviable, attentive à la moindre demande de tous ses clients, elle s'est acquittée de sa tâche à merveille. D'ailleurs, c'était bien la seule qui avait le sourire. On sentait de la tension, c'est peut-être pour ça que j'ai trouvé l'ambiance un peu froide… Un sur deux! Depuis quelques années, les jeunes cuisiniers du Québec ont une ambition bien marquée; celle de voler de leurs propres ailes afin d'être propriétaire de leur restaurant. Dans la grande majorité des cas (penser au Kitchen Galerie, L'Inconnu, chez Roger, Joe Beef, La Montée, Duel, Tapéo, Les trois petits bouchons…) on se rend compte que le succès est là pour les jeunes chefs de talent. Du succès, j'en souhaite aussi au jeune chef Marc-André Royal, car il faut du courage pour se lancer en affaire par les temps qui courent!





Coup de toque

Quelques petites améliorations ici et là, et voilà un restaurant qui a un bel avenir!

Coup de torchon

L'inscription du menu sur le grand tableau est pénible, pourquoi ne pas proposer des petites ardoises d'école à chaque table? Comme ça, on économise du papier et on va au bout du concept!



Commentaires des internautes
Moyenne des votes :
Nombre de votes : 2

Repas dégustation; Varié et délicieux Service: Excellent

5/5
07-06-2010- Reingag- âge : (36-49)

Votre commentaire sur le sentiment de tension que vous aviez ressenti là-bas semble ne pas être tombé dans l'oreille d'un sourd. J'y suis allé un vendredi soir, et le staff était détendu et jovial. Tant mieux! De plus, ce fut un repas magique à tous les niveaux (repas exquis, sentiment d'être traité comme un roi, un service impeccable). M. Daraize, j'aimerais au passage saluer l'exactitude, la précision et la rigueur de votre travail de critique culinaire.

5/5
25-01-2010- S Lloyd- âge : (26-35)
Laissez vos commentaires sur ce restaurant
Écrivez vos commentaires :


Vos cotes :


Votre nom :


Votre âge :


Votre adresse électronique :




Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.
MicasaCanoë VoyagesLifewise
1er octobre 2014