Retour à l'accueil Cuisine & vins
ABC
HOMARD
Recettes simples
SEXY
Regard des hommes
Comment l'attirer?
PHOTOS
Rincez-vous l'oeil!
Nos galeries
13 juin 2009

La Coupole
Une histoire à suivre


Il faudra pourtant régler quelques problèmes de jeunesse occasionnant un service déficient et une cuisine qui manque de précision.





Décor


Le décor de cet hôtel est magistral avec sa réception lumineuse, ses hauts fauteuils de cuir spectaculaires et son lustre de cristal. Il faut dire que le restaurant n’est pas en reste, c’est très joli. L’espace est sur deux étages. Il y a aussi un salon très prisé des amateurs de vin (pour les soirées thématiques) et des gens d’affaire. La discrétion est toujours un atout dans la restauration.

Ambiance


Très bruyante lorsque nous sommes arrivés dans le restaurant. On se serait cru dans un super club: musique trop forte, beaucoup de «boum boum». Heureusement, le calme est revenu par la suite et une agréable musique lounge a pris la place.

Style de restaurant


Un joli établissement, un emplacement de choix à Montréal. Tout est en place pour recevoir comme il se doit, le chaland, le touriste et le gourmand. Le menu fixe à 40$ est de circonstance dans un tel lieu. Je souhaiterais cependant que pour ce prix (une entrée, un plat et un dessert) un petit amuse-bouche et des mignardises soient aussi de la partie.

Pub.
Cote de Thierry
3/5
 
Cote des internautes
0/5
(Nbre de vote : 0)

Clientèle


D’abord, les clients de l’hôtel, ensuite les gens d’affaires qui se donnent rendez-vous dans un lieu majestueux. Pour finir, vous et moi pour différentes occasions. Ce n’était pas trop occupé le soir de ma visite. J’ai donc plus de mal à concevoir les ratés du service et de l’accueil.

Carte des vins


La présentation de la carte des vins (avec un magnifique cellier visible à l’étage) n’est franchement pas spectaculaire. Les vins aux verres sont eux bien présents. Les prix sont par contre excessifs, avec une moyenne de 14$ le verre. Bon, je vais encore le mentionner, mais pourquoi servir le verre de vin sans présenter la bouteille? On faisait pourtant grand cas du service du magnum de la table voisine.

Le repas


Carpaccio de boeuf en croûte de shiitake, pesto d’amandes grillées, huile de truffe, copeaux de parmesan. Une belle présentation. Le pesto d’amandes grillées était très bon. Malheureusement, l’assiette sortait du frigo et anesthésiait la saveur de la viande, dommage! Tartare de saumon, chips de Bagel, tobiko (oeufs de poisson volant). Idem pour le tartare de saumon. Très froid en bouche, trop épicé aussi (nous perdons la saveur propre du poisson). Il manquait de sel. D’ailleurs, nous avons demandé de la fleur de sel pour améliorer l’ensemble. Ensuite, carré de sanglier, légumes racines rôtis, salsa et citron confit. Cuisson de la viande parfaite, mais il aurait fallu la faire reposer plus longtemps après cuisson. Les intitulés sont flatteurs, mais le résultat pas toujours marqué. J’ai cherché le citron confit, mystère. Même la sauce (ou le jus) n’a rien révélé de précis. La prise du jour était un homard accompagné d’une délicieuse polenta crémeuse, enjolivée de quelques savoureuses petites tomates cerises rouges et jaunes. Cette préparation aurait été magistrale si de l’huile piquante (en quantité) n’avait pas été ajoutée sur la polenta. C’est bien dommage tout ça, car il y avait beaucoup de travail. Je mets ça sur le compte de la jeunesse. En dessert, un blanc-manger avec un sorbet aux fruits de la passion et un crumble à la poudre d’épice. C’était pas mal, mais la présentation est à revoir. Quant au crumble, à peine un tiers de cuillère à thé. C’est comme pour le citron confit, si ça ne sert qu’à nommer le plat, autant s’abstenir. Sablé aux canneberges, trop cuit (donc trop dur), mais ce dessert était savoureux.
Combien ça coûte
130 $ tout compris avec deux verres de vin

Le quartier
Au coin de la rue de la Montagne et du boulevard René Levesque

L’adresse
La Coupole
1100 rue de la montagne
Montréal
514-861-5550
Accès facile aux personnes à mobilité réduite


Le service


Accueil déficient, service du « suiteur » catastrophique. Annonce carré d’agneau au lieu du sanglier, part aux infos, revient, puis ensuite dépose un granité sans les cuillères. Je lève la main comme à l’école. Cinq minutes pour en obtenir et enfin manger. Ce fut comme ça toute la soirée et je ne lui en veux même pas. Pourquoi ? Où était donc le responsable du restaurant, où était donc le maître d’hôtel ?





Coup de toque

Un potentiel énorme.

Coup de torchon

Un encadrement S.V.P.



Commentaires des internautes
Moyenne des votes :
Nombre de votes : 0
Laissez vos commentaires sur ce restaurant
Écrivez vos commentaires :


Vos cotes :


Votre nom :


Votre âge :


Votre adresse électronique :




Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.
MicasaCanoë VoyagesLifewise
30 octobre 2014