Retour à l'accueil Cuisine & vins
ABC
HOMARD
Recettes simples
SEXY
Regard des hommes
Comment l'attirer?
PHOTOS
Rincez-vous l'oeil!
Nos galeries
20 septembre 2008

Ariel
Éclatant!


Voilà un grand restaurant (en termes de qualité) ainsi qu’un jeune chef cuisinier qui utilise des produits de grande fraîcheur et qui les apprête de façon magistrale. Un restaurant où le contenu est à la hauteur du contenant.



© Hugo-Sébastien Aubert


Décor


Deux entités distinctes, mais qui s’harmonisent avec douceur. La salle à manger est aménagée avec des banquettes de ton brun clair créant de petits coins intimes. Le jardin d’hiver tout en hauteur donne à longueur d’année une bouffée d’air frais. C’est élégant, mais pas pompeux. C’est aéré, mais intime en même temps. Les chaises du jardin sont recouvertes de velours (vieux rose magnifique). Un décor réussi, j’aime beaucoup.

Ambiance


Très agréable. Il y a en ces lieux une certaine douceur, une élégance sage, une atmosphère détendue qui permet de se sentir bien instantanément. C’est comme si les clients arrivés sur place avaient décidé que le temps s’arrêtait et que le trépignement de l’existence laissait place à la plénitude.

Style de restaurant


Ancien restaurant Les Caprices de Nicolas, Ariel se veut aujourd’hui un bistro raffiné. Malgré cette volonté avouée de démocratiser son passé, je me range du côté de Paul Bocuse, qui affirme, non sans malice, qu’il n’existe que deux cuisines, la bonne et la mauvaise.

Eh bien, chers lecteurs, Ariel offre de la très bonne cuisine, pas bistro, pas gastro, de la cuisine de qualité.

Clientèle


Manifestement des malins, puisque le restaurant, sans faire de bruit, est occupé midi et soir. À l’heure du lunch, on y offre une table d’hôte (entrée et plat) à prix très intéressant. Le soir, les petits groupes et les tête à tête y sont légions. Un restaurant idéal pour les gourmets gourmands.
Pub.
Cote de Thierry
4.5/5
 
Cote des internautes
0/5
(Nbre de vote : 0)


Carte des vins


La carte des vins est exceptionnelle. Il y a un vaste choix de vins très bien sélectionnés. Je le mentionne chaque fois que l’inverse se produit: il faut présenter les bouteilles de vin à table avant de servir le verre. C’est un geste de courtoisie qui n’a pas été posé ici. Peut-être un oubli?

Le repas


Tartelette de saumon fumé au fenouil, julienne de Granny Smith, sauce aux herbes fraîches. Une magnifique entrée d’une grande délicatesse, une présentation très soignée. Il y a beaucoup d’intelligence dans la cuisine de Yasu Okasaki; il ne force jamais les arômes, les épices, mais offre beaucoup de contraste, tout en douceur et en élégance.

Salade de betteraves rouges et blanches avec une sauce onctueuse à l’orange, donnant à la préparation un petit air de folie. Cette salade de betteraves est surmontée de fines tranches de canard séché et de quelques feuilles d’aragula. C’était très éclatant, délicieux.

Les plats principaux: le poisson du jour, médaillons de lotte servis avec des raviolis de courge (complètement dément!), accompagnés d’une sauce savoureuse au safran et de quelques asperges vertes à la cuisson idéale (c’est très rare). Le chef maîtrise admirablement bien les cuissons. Pétoncles rôtis servis sur une purée de chou-fleur d’anthologie… Une finesse extrême, délicate comme une caresse.

Combien ça coûte
82,40 $ pour deux avec deux verres de vin, sans le service.

Le quartier
Légèrement à l’écart du brouhaha du centre-ville.

L’adresse
Ariel
2072, rue Drummond
Montréal
514282-9790
Puis, une demi-endive caramélisée, préalablement cuite avec du jus d’orange et un morceau de chou-fleur cuit à la seconde près. Un petit jus à la mangue et aux herbes ponctue cette magnifique et goûteuse assiette. Pas besoin de vous dire que les pétoncles étaient cuits à la perfection, bravo! J’ai aussi été conquis par les desserts, deux bijoux!

«Il n’y a que deux desserts ce midi», me dit la serveuse. Confiant, je lui annonce que nous prenons les deux. Bien m’en a pris, puisque ceux-ci étaient irréprochables.

Gâteau au fromage. Au moment où ma cuillère entre en contact avec ma langue, je ferme les yeux et je me dis que le travail de chroniqueur, quand on vit des moments comme ceux-là, est bien agréable. Texture magique, des vrais grains de vanille et un coulis de fraises fraîches.

Aussi, gâteau au chocolat, glace au caramel sublime, compote d’orange… Une préparation magistrale pour 5 dollars.

Okasaki, Japonais d’origine, est un jeune chef très doué, et ses compositions sont lumineuses.

Le service


Service souriant et charmant, quelques petits ratés ici et là, mais la gentillesse compense largement.





Coup de toque

Restaurant en haut de ma liste des meilleures tables de Montréal.

Coup de torchon

À part la présentation des vins au verre, tout est parfait!



Commentaires des internautes
Moyenne des votes :
Nombre de votes : 0
Laissez vos commentaires sur ce restaurant
Écrivez vos commentaires :


Vos cotes :


Votre nom :


Votre âge :


Votre adresse électronique :




Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.
MicasaCanoë VoyagesLifewise
21 décembre 2014