Retour à l'accueil Cuisine & vins
ABC
HOMARD
Recettes simples
SEXY
Regard des hommes
Comment l'attirer?
PHOTOS
Rincez-vous l'oeil!
Nos galeries
29 décembre 2007

Mes souhaits pour 2008


L’année s’achève, il est temps pour moi de vous faire part de mes souhaits-restaurants pour l’année 2008.





L’accueil!


Premier irritant constaté dans les restaurants, il est pourtant la signature d’un établissement et devrait en tout temps être à la hauteur. Heureusement, il y a des restaurateurs qui ont les clients à cœur et qui ont le respect de bien les accueillir, les servir…

L’inverse, malheureusement, existe aussi, soit le client infect, imbu, irrespectueux et tête à claques qui subsiste malgré tout. Je le constate souvent et ça me rend fou… Comme la fois où un véritable moron, jeune, riche, gros Range Rover, une montre Panerai, un vrai frimeur, s’est carrément mouché gras dans sa serviette en tissu avant de partir et la laisser sur la chaise dans un restaurant bien connu de la rue Laurier… Vous le connaissez ? Vous le reconnaissez ? Ou ça ressemble à quelqu'un que vous connaissez ? Dites-lui de ma part que c’est un gros con, un pas de classe, un sans culture, un mal élevé. Et quand sa blonde a essayé de lui dire que ça ne se faisait pas, il lui a fait un geste du bras laissant dire: «J’en ai rien à faire, ce sont mes esclaves!» Ce genre de comportement doit être condamné, il faut leur faire honte à ses malotrus.

Les restaurateurs en voient de toutes les couleurs pendant l’année, c’est un métier difficile. C’est là la raison qui m’anime pour faire connaître au plus grand nombre (donc vous, chers lecteurs du Journal de Montréal) tous ceux qui travaillent bien, mais aussi dénoncer ceux qui sont pour moi dans l’erreur ou qui trichent.

Pub.
Cote des internautes
0/5
(Nbre de vote : 0)


Parlons pain


Le pain n’est pas toujours à la hauteur dans les restaurants, il est pourtant souhaitable d’offrir du pain de qualité, et ce ne sont pas les bons boulangers qui manquent au Québec… Je vais avoir particulièrement l’œil là-dessus en 2008: du bon pain, sinon rien!



Parlons vin


Le vin au verre est de plus en plus présent sur les cartes des vins des restaurateurs au Québec. J’ai plusieurs souhaits: que le prix du verre de vin soit toujours annoncé, surtout si le vin proposé n’est plus disponible. Il faut l’inscrire ou l’annoncer de vive voix.

La température du vin n’est pas toujours appropriée, il est souvent trop chaud.

La bouteille devrait toujours être présentée et le vin versé au client à la table. Ça permet à celui-ci d’être totalement rassuré sur l’authenticité et la provenance du vin. La suspicion est la pire publicité pour un restaurateur, facile donc de désamorcer le doute avec un petit aménagement de fonctionnement et de s’y conformer.



Les desserts


Voilà un dossier qui me tient particulièrement à cœur, car j’aime faire et déguster les desserts ! Ils sont la conclusion parfaite d’un bon repas, mais ils ne sont malheureusement pas mis beaucoup en avant dans les restaurants, rares sont les chefs qui, pour le même prix que leurs entrées sur le menu, proposent et travaillent les desserts avec autant de minutie. C’est un peu navrant; j’ai souhaité récompenser, dans mes palmarès 2006 et 2007, les meilleurs desserts de restaurants, mais seuls quatre ou cinq dans l’année 2007 m’ont laissé un très bon souvenir. C’est vraiment trop peu, ce n’est pas normal, c’est comme si le dessert, c’était juste pour dépanner…



L’audace


Je le dis souvent et je le pense vraiment : les chefs du Québec n’ont rien à envier aux meilleurs chefs dans le monde, il y a quand même un point non négligeable que je remarque année après année et qui me déçoit un peu, surtout au vu du talent des chefs d’ici : ils sont trop frileux et manquent d’originalité ! Si un plat est à la mode, ils se précipitent tous dessus, alors qu’il serait plutôt souhaitable qu’un chef qui a du talent propose sa propre vision d’un plat vu mille fois ailleurs, peut-être pas pour toute la carte, mais un plat qui fera sa réputation. Vous ne pouvez pas trouver aujourd’hui un chef qui a un plat qui lui est propre (à part quelques exceptions), les chefs manquent d’assurance et ils manquent manifestement d’audace !

Mais les chefs me répondront que c’est le client qui est trop conservateur. C’est vrai, à voir le nombre de gens qui vont au restaurant et qui choisissent des pâtes, ça me dépasse ! Surtout au prix qu’elles sont généralement vendues… C’est indécent. Vous ne voyez pas, chers lecteurs, qu’au-delà de 20 $, on se fout de vous ? Il y a des exceptions, avec des pâtes sublimes et des ingrédients justifiant le prix, mais c’est très rare. Les gens chialent pour une entrée avec du foie gras à 15 $ à 18 $, mais ils sont prêts à payer 25 $ pour un plat de pâtes avec une sauce tomate, quelques herbes fraîches et un peu de poudre de perlimpinpin !!!

Bref, je suis pour les chefs qui osent, qui ont de l’audace par leurs créations ou leur style de cuisine. Voilà mon souhait pour l’année 2008: de l’audace!

Bonne année gourmande à tous,



Thierry Daraize

Commentaires des internautes
Moyenne des votes :
Nombre de votes : 0
Laissez vos commentaires sur ce restaurant
Écrivez vos commentaires :


Vos cotes :


Votre nom :


Votre âge :


Votre adresse électronique :




Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.
MicasaCanoë VoyagesLifewise
2 septembre 2014