Retour à l'accueil Cuisine & vins
ABC
HOMARD
Recettes simples
SEXY
Regard des hommes
Comment l'attirer?
PHOTOS
Rincez-vous l'oeil!
Nos galeries
6 janvier 2007

Lugano’s
Ça commence mal l’année!!!


L’année 2006 s’est terminée en beauté avec le restaurant Cuisine et Dépendance, et 2007 s’amorce en catastrophe avec le restaurant Lugano’s...



© Hugo-Sébastien Aubert


Je vais décevoir la lectrice qui m’a recommandé ce restaurant il y a plusieurs mois, mais, Madame, votre bonne intention n’a vraiment pas été récompensée par la prestation qui m’a fait carrément sortir de mes gongs.

Décor


Les tables en bois sont entrecoupées par des séparations de couleur vieux rose, donnant au lieu des petites sections plus intimes. Le décor dans son ensemble est assez simple, les fresques à connotation italienne indiquent que nous sommes manifestement dans un restaurant pour la famillia.

Ambiance


Beaucoup de tables, c’est grand, impersonnel, on est ici comme dans n’importe quel restaurant sans âme. L’ambiance se passe surtout à table si vous êtes en groupe.

Style de restaurant


Comment définir le restaurant Lugano’s? Cuisine italienne? Ce n’est pas rendre justice à la cuisine italienne... Cuisine familiale? C’est faire injure à la famille, franchement, je ne sais pas.
Pub.
Cote des internautes
0/5
(Nbre de vote : 0)


Clientèle


Je suis certain que, tout comme moi, il y avait des clients qui avaient l’impression qu’ils sont dans un restaurant à prix raisonnables, souvent une grande tablée où tout le monde peut parler fort sans se faire remarquer.

Carte des vins


Apportez votre vin.

Le repas


Pour mon invitée, un avocat aux crevettes, avocat trop mûr, avec de grosses taches noires, crevettes dans une sauce mayonnaise rosé insipide, sortant du frigo, glacé à s’en faire mal aux dents.

Pour moi, une saucisse italienne douce grillée, servie avec un petit pot de moutarde forte (la saucisse est bien petite, coupée en deux et grillée). Ce n’est pas génial, mais au vu de ce qui s’en vient, c’est correct!

En plat principal, Escalope de veau sautée avec champignons et vin Marsala. Comment vous expliquer le mets qui nous fut servi sans que vous croyiez que j’exagère... (Ah! j’oubliais, 22 $ l’assiette.) Bon, j’y vais: une assiette de sauce marron clair avec des pennes.

Je tiens à vous assurer que je me fais un devoir, à chacune de mes visites dans les restaurants que je commente pour le Journal, de toujours me mettre dans la peau du cuisinier qui officie.

Combien ça coûte
98 $ pour deux, avec les taxes et le service.

Le quartier
Au coin du boulevard Saint-Laurent et de la rue Saint-Joseph.

L’adresse
Restaurant Lugano’s
1723, boulevard Saint-Martin Ouest
Laval
450-686-1888
Lorsque j’ai vu l’assiette, le chef que je suis a ressenti une profonde incompréhension teintée de honte. Je ne comprends pas qu’un chef ou un cuisinier puisse servir de telles «choses» (je voulais écrire un autre mot, mais la courtoisie que j’ai valorisée lors de mon dernier article de l’année 2006 m’en empêche!).

Des escalopes de veau fines comme du papier, archi-cuites, sans texture ou saveur, farinées à l’extrême, recouvertes de deux centimètres de sauce trop salée (normal, la sauce passe la soirée dans un bain-marie et la chaleur continue de cuire la sauce, qui finit par se concentrer et accentuer son goût du sel).

J’ai par la suite effectué une grande réflexion pour trouver un nouveau titre à cette préparation culinaire: Splatch!

Aussi, Fruits de mer avec sauce marinara, sur un lit de linguine. Pâtes trop cuites, entourées de quelques moules en coquille trop cuites (dont une mauvaise), dans une sauce en boîte accompagnée de pétoncles minuscules et durs, de palourdes et de calamars (ah! les fameux calamars... je les mâche encore, rien qu’à y penser, pas du caoutchouc, non, du pneu serait plus juste).

Pour finir ce merveilleux repas, deux desserts, un Cannoli, croustillantes crêpes farcies de mascarpone et de noix, nappées d’une crème anglaise. Croustillant au goût de rance, la crème qui est comme de la cire, une horreur et le mot n’est pas faible. Aussi, un gâteau au praliné sans raffinement... jem’arrête là car je n’en peux plus...

Non seulement ce repas est inqualifiable, mais la facture est du même registre que celles des bons bistros. 50 $ par personne, apportez votre vin, à ce prix-là le choix de bons bistros est vaste au Québec.

Je n’en peux plus de ces restaurants qui se moquent carrément des clients.

Chers lecteurs, ce n’est pas la peine de m’écrire pour me dire que vous êtes des habitués et que je n’y connais rien ou que je suis mal tombé. Avant que je me calme sur ce restaurant... ne jetez pas d’huile sur le feu, merci! Et bonne année gourmande!

Le service


Comment en vouloir à la serveuse? Difficile d’être motivée dans un tel établissement, elle vient gagner sa vie, comme tant d’autres personnes peuvent le faire chaque jour.




Coup de toque

On apporte son vin (celui que nous avons apportétait excellent!).

Coup de torchon

Tout est une catastrophe... nourriture, prestation, prix, les fautes d’orthographe sur le menu...



Commentaires des internautes
Moyenne des votes :
Nombre de votes : 0
Laissez vos commentaires sur ce restaurant
Écrivez vos commentaires :


Vos cotes :


Votre nom :


Votre âge :


Votre adresse électronique :




Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.
MicasaCanoë VoyagesLifewise
17 décembre 2014