Retour à l'accueil Cuisine & vins
ABC
HOMARD
Recettes simples
SEXY
Regard des hommes
Comment l'attirer?
PHOTOS
Rincez-vous l'oeil!
Nos galeries
17 février 2007

Le restaurant de l’hôtel (ITHQ)
L’école de la vie!


Cet établissement, à la fois une école, un hôtel et un restaurant d’application, s’est offert une véritable cure de jouvence. Le mot est faible parce que la citrouille s’est transformée en carrosse, passant ainsi du prix citron au prix orange...



© Pascal Ratthé


Décor


Le restaurant, jadis au 6e étage, a été judicieusement déplacé au rez-de-chaussée. La salle à manger a quelque chose de colonial avec ses colonnades de bois blond, ses grandes fenêtres donnant sur le carré Saint-Louis que de superbes persiennes du même ton habillent joliment. C’est grand, spacieux.

Ambiance


Assez calme par cette froide soirée, un mardi pour être plus précis, quelques tables éparses. Étant dans une école, on constate une certaine retenue à la fois des clients et des serveurs, qui sont, je tiens à le préciser, des finissants de troisième année.

Style de restaurant


Restaurant d’application de l’école hôtelière (ITHQ: Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec), mais un restaurant à part entière parce que les clients ont accès au restaurant comme c’est le cas pour n’importe quel autre restaurant du Québec. Les prix sont équivalents et les prestations aussi.
Pub.
Cote de Thierry
3/5
 
Cote des internautes
0/5
(Nbre de vote : 0)


Clientèle


Je suis convaincu que les parents sont les premiers clients du restaurant, afin de constater les progrès de leur jeune. Aussi des hommes et des femmes d’affaires du quartier parce que le restaurant de l’hôtel est ouvert autant le midi que le soir.

Carte des vins


Très belle carte des vins, de vraies découvertes de sommelier, des importations privées et une carte des eaux. Tout est mis en place pour que novices comme connaisseurs trouvent leur bonheur. Les prix sont de circonstances. On offre quelques vins au verre aussi.

Le repas


En amuse-gueule, une petite mousse de chou-fleur avec une brunoise de légumes, fine et délicate.

En entrée, pressé de queue de boeuf et foie gras, brunoise de légumes au vinaigre balsamique, une jolie et bonne préparation. Toutefois, la queue de boeuf manquait un peu de puissance pour que cette réalisation soit à son meilleur. Aussi, gnocchis à la courge, concassé de tomates à l’huile de pépins de citrouille et tuile de Parmigiano Reggiano. La présentation était originale, mais pour avoir déjà mangé des gnocchis il y a un an à cette même table, la comparaison prend l’eau: autant la première dégustation avait été au firmament du plaisir gustatif, autant celle-ci ne m’a pas convaincu.

Puis, en supplément, chaudrée de moules et de palourdes, garniture classique, maïs, pommes de terre et dés de tomates, c’était sublime et le mot n’est pas trop fort, une des meilleures que j’aie mangées, d’une délicatesse extrême.

Combien ça coûte
91 $ pour trois entrées, deux plats, deux desserts, sans le vin, sans taxes et sans le service.

Le quartier
En face du fameux carré Saint-Louis, à deux pas de la rue Sherbrooke et du quartier latin.

L’adresse
Le restaurant de l’hôtel (ITHQ)
3535, rue Saint-Denis
Tel.: 514-282-5111
Accès aux personnes à mobilité réduite
Ensuite, cassoulet classique: haricots cocos, lard braisé, confit de Pintade, saucisse de Morteau et saucisson à l’ail: c’était savoureux, très bien cuisiné, beaucoup de saveurs et de parfums; impeccable.

Aussi, duo de lapin: râble farci aux fruits du mendiant et cuisse confite, légumes racines, sauce au fromage bleu, une superbe présentation. Le râble était incroyablement savoureux; pour la cuisse, il aurait été judicieux de la faire caraméliser après qu’elle eut été confite pour lui donner plus de saveur.

Pour les desserts, là, ce fut une petite déception. Tarte au citron et meringue flambée – la présentation est inhabituelle (ce qui me plaît d’ailleurs): long rectangle de biscuit, appareil à tarte au citron recouvert de meringue flambée (colorée au chalumeau). Mon invitée s’attendait à quelque chose de spécial, il n’y avait rien pour séduire le palais.

Déception aussi pour l’autre dessert, une déclinaison chocolatée avec ceci et cela, finalement un morceau de gâteau au chocolat sans saveur, sans originalité; pire, il était réfrigéré à l’extrême et sec...

Dommage, car avec quelques ajustements, ils ne sont pas loin des quatre étoiles, ce qui est assez rassurant dans une école de formation. La relève est bien préparée, tant mieux.

Le service


Accueillant, serviable, chacun est à sa place; le maître d’hôtel est un passionné de vin, tout le monde a le sourire. Si ces personnes se retrouvent sur le marché du travail rapidement, je suis sûr que les clients seront heureux de se faire servir par elles; c’est réconfortant.




Coup de toque

Le désir évident de bien faire

Coup de torchon

Les desserts



Commentaires des internautes
Moyenne des votes :
Nombre de votes : 0
Laissez vos commentaires sur ce restaurant
Écrivez vos commentaires :


Vos cotes :


Votre nom :


Votre âge :


Votre adresse électronique :




Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.
MicasaCanoë VoyagesLifewise
23 septembre 2014