Patrick Désy

Chronique de Patrick Désy

Sélection de vins qui méritent votre attention

Sélection de vins qui méritent votre attention

Photo Fotolia 

Patrick Désy

Dernière mise à jour: 25-01-2013 | 12h39

 

 

Sélection de vins qui méritent votre attention

Malgré le froid exceptionnel qui nous rappelle les vieux hivers québécois, rien n’empêche de boire du blanc.

Ces derniers jours, je suis tombé sur deux vins issus de sauvignon blanc. Un de Loire, à Sancerre, le centre de la France (dixit l’incomparable vigneron Alphonse Mellot), le second de l’autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande. On peut sans doute s’élever contre la commercialisation des cépages, mais il est aujourd’hui terriblement difficile de sortir de ce carcan tellement l’approche s’est ancrée dans la tête des consommateurs.  La solution selon moi passe immanquablement par l’éducation et, surtout, la production de vin de qualité.

Je vous en reparle la semaine prochaine en écho de ma rencontre avec Patrice Lescarret du Domaine Causse Marines. D’ici là, voici quelques vins qui méritent votre attention.

 

Le duo

Saint Clair Sauvignon blanc Marlborough 2012
(19,45 $ – code SAQ 10382639)
Domaine fondé à la fin des années 1970 par la famille Ibboston. Un sauvignon resplendissant d’agrumes, d’herbe fraîche avec en arrière-plan une touche de meringue et de fruits exotiques, pour ne pas dire de kiwi. La bouche suit avec un ensemble rond et harmonieux porté par une acidité légère quoiqu’un peu diffuse en finale. Bien typé néo-zélandais, c’est un vin à servir à l’apéro ou avec les asperges.

* * ½

 

Éric Louis Sancerre 2011
(22,40 $ – code SAQ 10689729)
La différence est notoire, au nez comme en bouche. Au-delà de la description variétale du sauvignon blanc (agrume, buis, fougère, pipi de chat), on perçoit facilement un côté pierreux qui semble rattacher le tout ensemble. En bouche, l’impression saline tend à donner un tranchant plus soigné à une matière généreuse. Dans les deux cas, on trouve du plaisir, mais on détecte ici un supplément de définition.

* * *

 

Du soleil

Domaine de Gournier Cuvée Prestige Cévennes IGP 2011
(15,25 $ – code SAQ 11769616)
Un assemblage soigné de syrah (70 %) et de merlot donnant un vin généreux aux saveurs expressives et au corps souple. Si vous lisez ces lignes à leur parution, simplement poser la bouteille cinq minutes à l’extérieur ou 40 minutes au frigo et vous obtiendrez la température de service idéal!

* *

 

Gérard Bertrand Autrement Languedoc 2009
(15,60 $ – code SAQ 11200972)
Je l’aime bien Gérard. Vous devriez le voir : la tête de Vincent Cassel, la stature d’un joueur de rugby, la classe de James Bond, l’humour de Coluche et, bien sûr, l’accent soleil du Sud-Ouest de la France. À la mort de son père, il reprend ses activités vigneronnes. Il les relance avec vigueur sans compromettre la qualité et la recherche d’identité, une tâche qui n’a rien de facile. Un vin soigné, mi-corsé et bien ouvert sur les fruits noirs, des notes de garrigue et réglisse.

* * ½

 

Le grand vin (en aubaine!)

Château Clauzet Saint-Estèphe cru bourgeois 2009
(28,95 $ – code SAQ 11345434)
On vous l’a dit. Je vous l’ai dit. Vous le savez, quoi! 2009, à Bordeaux, c’est exceptionnel. Au-delà de ses qualités, on retiendra un millésime riche. À telle enseigne que certains vins ont tendance à masque leurs origines. C’est le cas de ce St-Estèphe, qui arbore des courbes sensuelles qui peuvent rappeler Margaux ou St-Julien. Le vin conserve tout de même une stature tannique typique de la région. Le fruit prend ses aises avec un cassis grillé. Si on se fie aux informations sur SAQ.com, le vin affiche un prix en baisse de 8 $ par rapport au millésime 2008, beaucoup plus ordinaire. Je vous le redis : on serait fou de s’en passer!

Un solide * * * ½


TABLEAU DES ÉTOILES

 


 

 

 


Vidéos

Photos