Patrick Désy

Chronique de Patrick Désy

Des vins à déguster avec des huîtres

Des vins à déguster avec des huîtres

Photo: Fotolia 

Dernière mise à jour: 30-11-2012 | 16h04

 

 

 

Les bons achats de la semaine

 

Photo: Fotolia
On dit que la saison des huîtres, c’est durant les mois se terminant en «bre». Auquel cas, il vous reste une page de calendrier pour en profiter. Mais ce serait mentir de dire qu’en dehors de cette période, il faut s’abstenir d’en consommer. Aujourd’hui, la diversité des ostréiculteurs, ceux qui en font l’élevage, permet un accès à longueur d’année au mollusque considéré, depuis l’antiquité, comme aphrodisiaque.

Au Québec, la majorité des huîtres proviennent des Maritimes. C’est le cas des fameuses Malpèques de l’Île-du-Prince-Édouard, souvent grassouillettes, bien en chair et au goût un peu terreux. Mieux encore, les Raspberry Point, toujours de l’IPE, se distinguent par leur côté plus sucré et leur finesse. Il y a les Beausoleil du Nouveau-Brunswick, petites et blanches avec leur goût finement iodé. Les variétés asiatiques ont aussi la cote. Importées ici, on les cultive sur la côte ouest du Pacifique. C’est le cas des Kumamoto, souvent petites et aux formes ondulées, elles ont une texture laiteuse et se démarquent par leurs arômes de concombre frais.

Les supermarchés profitent de l’effet «bre» pour garnir leurs étalages. On y retrouve habituellement une bonne sélection. Mais pour goûter au meilleur, il faut passer en poissonnerie. À Montréal, La Mer est un incontournable. Les arrivages sont fréquents et le choix est grand, surtout en «saison» comme présentement. Posez des questions et, surtout, n’hésitez pas à demander de goûter avant d’acheter. On se fera plaisir d’ouvrir pour vous!

Côté vin, l’huître est excitante à marier. Elle appelle les vins vifs à l’acidité marquée, ce qui permet de magnifier ses saveurs. Le mariage classique reste le Chablis grâce à ses tonalités de coquillage chaud permettant un rappel parfait. En Loire, Sancerre, Menetou-Salon et Muscadet sont à mettre sur votre liste. Le riesling alsacien, le grüner veltiner autrichien ou l’assyrtiko de Grèce peuvent aussi faire des merveilles.

À vos couteaux!

 

Petit Chablis Patrick Piuze 2011
(19,80$ - code SAQ 11463182)
Expatrié en Bourgogne, le Québécois Patrick Piuze propose ici un blanc qui, outre son nom d’appellation, n’a rien de petit. Expressif et nuancé, il offre une texture assez ample et une excellente vivacité.

15,5/20 ou * * ½

 

 

Chablis Les Champs Royaux William Fèvre 2011
(20,85$ - code SAQ 276436)
La maison William Fèvre fait désormais partie de l’élite «chablisien». Un chardonnay lissé, bien effilé, livrant un fruité de bon éclat. Charmeur.

15/20 ou * * ½

 

 

 

 

 

Chablis La Vigne de la Reine Château de Maligny 2011
(23,50$ - code SAQ 560763)
Le 2010 a fait un malheur. La mouture 2011 garde le cap avec un vin bien droit, minéral tout en affichant un poil d’austérité, ce qui viendra patiner l’aspect sucré du mollusque.

15/20 ou * * ½

 

 

 

Expression de Gneiss Dom. de L'Ecu Muscadet-Sèvre et Maine 2010
(19,95$ - code SAQ 10919150)
Possiblement le meilleur muscadet à la SAQ depuis les cinq dernières années. Tranchant comme un silex, peu gras et se déliant finement en longueur, il saura allumer la mèche des Beausoleil.

15/20 ou * * ½

 

 

 

 

Riesling Trimbach Alsace 2010
(19,55$ - code SAQ 11305547)
La treizième génération de Trimbach, depuis sa fondation en 1626 par Frédéric Émile, produit toujours l’un des plus grands blancs secs du monde : le Clos Ste-Hune. La version la plus simple de leur riesling confirme qu’elle demeure une référence alsacienne.

15/20 ou * * ½

 

 

 

Gobelsburg Grüner Veltliner Kamptal qualitatswein trocken 2011
(15,50$ - code SAQ 10790317)
Le grüner veltiner est un cépage méconnu. Non sans raison, du fait qu’on en trouve trop peu au Québec. Ça ressemble un peu à un mixte entre le riseling et le sauvignon blanc : agrume, caillou mouillé, poire, craie, abricot. Celui-ci joue surtout de vivacité avec des arômes simples, mais bien en place.

14,5/20 ou * *

 

 

 

À faire

Le Salon des vins et fromages du Québec qui avait lieu au Complexe Desjardins depuis les 6 dernières années change de nom et s’appelle maintenant La Fête des vins du Québec. C’est l’occasion parfaite d’aller rencontrer plus d’une trentaine de vignerons d’ici et de discuter avec eux du millésime 2012 qui s’annonce formidable! Marie-Josée Beaudoin, sommelière au restaurant Les 400 Coups, prête son nom à l’évènement et vous aidera à démystifier les vins québécois. Ça débute aujourd’hui au Marché Bonsecours, dans le Vieux-Montréal, et ça se poursuit jusqu’à dimanche. Bonnes découvertes!

 





Vidéos

Photos