Patrick Désy

Chronique de Patrick Désy

Les bons achats de la semaine

Les bons achats de la semaine

Photo: Fotolia 

Dernière mise à jour: 09-11-2012 | 16h57

 

 

Les bons achats de la semaine

 

Photo: Fotolia
J’assistais cette semaine au lancement du dernier livre de mon collègue et ami, Jacques Orhon (voir mon billet ici ). Au-delà des incontournables remerciements, ce qui m’a marqué dans son discours, c’est le plaisir avec lequel, même après 30 ans de métier, il parle du vin. Évoquant une conversation avec le sommelier et professeur émérite, Don-Jean Léandri, il ajoute maintenant un «p» à la fameuse formule rapport qualité/prix. Vous vous en doutez, «P» pour plaisir!

Même constat en voyant mes collègues Claude Langlois et Jacques Benoît, figures incontournables du journalisme vin au Québec, en train de sourire (et gueuler parfois) lors de dégustations de presse. Ils ont encore, après tout ce temps, la même fougue dans les yeux et le désir de transmettre leur amour du vin.

Il existe une seule explication à cet entêtement à vouloir persévérer dans ce métier : la passion. Bref, je vous préviens, une fois que vous avez la piqûre, vous êtes cuit pour la vie!

Voici, pour votre plus grand plaisir, quelques suggestions qui sauront sûrement allumer chez vous quelques flammes passionnelles.

 

 

Les bons achats

 

Duque de Viseu Dâo 2009
(14,95$ - code SAQ 546309)
Le Portugal est en tête d’affiche durant La Grande Dégustation de Montréal qui bat son plein jusqu’à samedi au Palais des Congrès de Montréal. Quoi de mieux alors que cette petite nouveauté qui débarque sur les tablettes de la SAQ. Un vin du Daô aux parfums simples, mais distinctifs de prune, de confiture de rhubarbe et une touche de tabac brun. La bouche affiche une belle franchise. Moyennement corsé, voire un brin rustique, l’ensemble conserve assez de gras et de fraîcheur. Un vin masculin qui appelle les viandes braisées.

* *

 

 

 

 

Premius Bordeaux 2010
(15,95$ - code SAQ 10540588)
Les modes passent, mais Bordeaux reste, pourrait-on dire. On dit de 2010 qu'il a la richesse des 2009, la précision en plus. Ici, un petit bordeaux de tous les jours qui étonne. Robe sombre et soutenue, annonçant une certaine prestance confirmée au nez par de jolies notes d'élevage évoquant la torréfaction, le cassis et les olives. La bouche est tout en chair, construite autour de tanins ronds donnant un côté moderne sans pour autant perdre le focus du fruité. Racoleur et sérieux à la fois. À ce prix, on serait fou de s'en passer!

* * ½

 

 

 

 

 

Domaine Charvin Côtes-du-Rhône 2010
(20,50$ - code SAQ 11766618)
Secret de polichinelle parmi les amateurs avertis: le «petit» côte-du-rhône de Laurent Charvin se compare sans gêne aux bons châteauneuf-du-Pape. Moins charnu et plus tendu que le millésime précédent, il n’en demeure pas moins étonnamment profond.

Prune fumée, cerise, un peu de garrigues. Des tanins raffinés, une acidité marquée portant le fruité sur une belle longueur qui manque encore un peu de glisse à ce stade. Le temps lui permettra de gagner de la patine et du gras. Un rapport qualité/prix/plaisir magistral. Faites vite, les quantités fondent à vue d’œil. Coup de cœur de la semaine et un solide.

* * * ½

 

 

L'aubaine

 

Tsantali Neméa 2009
(10,15$ - code SAQ 713602)
Je vous ai déjà parlé de la maison grecque Tsantali et de son étonnant vin de Rapsani, un vignoble planté en hauteur sur les flancs du mont Olympe. La maison poursuit avec la même volonté qualitative avec ce rouge issu du cépage agiorgitiko, qui signifie St-Georges en grec. Un vin plein à la texture un peu ronde et aguichante par ses notes de petits fruits rouges et d’épices douces (cannelle) dans un ensemble rustique et énergique. Original et réconfortant.

* *

 

Le grand vin

 

Domaine Pavelot Savigny-lès-Beaune 1er cru La Dominode 2010
(50,00$ - code SAQ 11490885)
Vous connaissez mon amour inconditionnel pour la Bourgogne. Si vous vous demandez pourquoi, goûtez ce Savigny, vous allez tout de suite comprendre! La Dominode donne généralement un pinot noir racé et viril qui gagne à être attendu en cave. Un 2002 ouvert tout dernièrement était dans une forme splendide et en avait encore sous la pédale. Pour tout vous dire, c’est pour moi une des meilleures aubaines en Côte de Nuits. Un 2010, ici, au fruité éclatant. La trame est soyeuse, finement tissée et encadrée par des tanins au profil légèrement austères pour l’heure. Sans être aussi charnu et profond que les 2009 ou 2005, il a l’avantage de se boire merveilleusement bien dès maintenant tout en sachant qu’il gagnera en complexité sur la prochaine dizaine d’années. Un incontournable!

* * * *

 





Vidéos

Photos