Le froid devrait contribuer à une excellente saison pour le vin de glace

Le froid devrait contribuer à une excellente saison pour le vin de glace

Photo AFP 

Agence QMI

Dernière mise à jour: 28-01-2013 | 10h35

Selon BMO Marchés des capitaux, l’industrie du vin de glace canadien se dirige vers «une solide production et de fortes ventes» cette saison grâce aux grands froids.

«Les grappes gelées cueillies à la main cette saison en Ontario devraient atteindre 5 500 tonnes, en hausse de 50 % par rapport à l’année dernière», a fait savoir samedi dans un communiqué l’économiste Aaron Goertzen chez BMO. Cela soulève la perspective d'une solide production et d’une croissance des exportations.» Le vin de glace, qui a été produit pour la première fois en Allemagne dans les années 1700, est produit à partir de grappes qui ont été laissées sur la vigne jusqu’à ce que la température atteigne – 8 Celcius ou moins, faisant ainsi augmenter la teneur de sucre et rehaussant la saveur.

L’Ontario est la capitale du vin de glace au Canada alors que 95 % de la production provient de cette province, selon Wine County Ontario, qui représente les producteurs de vins ontariens.

«L’année dernière a apporté de bonnes conditions de croissance pour la plupart des variétés de grappes de vin tant en Ontario qu’en Colombie-Britannique et la récolte devrait permettre de produire des vins exceptionnels», a déclaré M.  Goertzen.

Selon M. Goertzen, le Canada a exporté l’équivalent de 483,000 bouteilles de 375 ml de vin de glace en 2011.  Environ 80 % du vin de glace canadienne st exporté en Asie, dont la moitié en Chine.

Les adultes canadiens ont acheté une moyenne de 22 bouteilles de vin en 2011, soit 13 de plus qu’en 1995. Le tiers du vin consommé au Canada est produit au pays.

L’auteur et maître sommelier québécois Jacques Ohron s’attend aussi à «de très bonnes choses» cette année en matière de vin de glace, mais il ne veut pas conclure trop vite. «Les producteurs aiment bien anticipé sur la nature. J’attends d’avoir le vin dans la bouche avant de dire qu’il est fabuleux».

Il qualifie le vin de glace ontarien d'«expressif, fin et équilibré» en raison de l’acidité du cépage Riesling qu’on retrouve dans la vallée du Niagara.

L’auteur du livre «Les vins du Nouveau Monde» publié aux Éditions de l’Homme, déplore toutefois que le vin de glace soit devenu «un produit de grand luxe», même s’il comprend que «ça coûte cher à produire». Une demi-bouteille se vend, dit-il, entre 45 et 60 $ au Québec, et entre 80 et 90 $ à l’exportation.

 

 

 

 

                                                                               


Vidéos

Photos