Régime: maintenir ses bonnes habitudes

Régime: maintenir ses bonnes habitudes

Photo Fotolia 

Lydia Labbé-Roy | Agence QMI

Dernière mise à jour: 08-01-2013 | 09h22

Selon Karine Levy, diététiste nutritionniste, les régimes alimentaires draconiens nuisent à conserver la perte de poids. «Il faut éviter les régimes sans effort et les pilules “bruleuses de graisse” puisqu’il n’y a aucune preuve scientifique qui démontre que ça fonctionne vraiment.»

 

La bonne marche à suivre

Pour une perte de poids efficace et à long terme, il faut changer progressivement ses habitudes de vie. «Les gens doivent se fixer des objectifs réalistes. Perde 1 à 2 livres par semaine, c’est parfait», explique Karine Levy.

Selon Mylène Aubertin-Leheudre, professeur-chercheur au département de kinanthropologie de l’UQAM, il est malsain de perdre plus de 10 % de son poids total en une année. Il est possible d’atteindre ses objectifs en respectant le guide alimentaire canadien et en écoutant sa faim. «Il faut prendre le guide et le suivre à la lettre. Si vous avez encore faim, ajoutez des fruits et des légumes. Ajoutez aussi de la marche de bonne intensité.»

La planification des repas joue pour beaucoup. «Lorsqu’on planifie ses repas, on s’assure d’avoir tous les aliments. Il devient plus facile de voir si le guide alimentaire est respecté et c’est aussi plus économique lorsqu’on fait notre épicerie», explique-t-elle.

 

Le syndrome du yoyo

Une perte importante de poids dans une courte période peut entrainer ce qu’on appelle le syndrome du yoyo. «Souvent, après avoir suivi un régime draconien, on reprend le poids perdu avec des intérêts», précise Karine Levy.

De plus, c’est la masse musculaire qui peut être affaiblie. Lorsqu’une personne perd 1.5 kilo et plus par semaine, elle va perdre du muscle plutôt que du gras», mentionne Mylène Aubertin-Leheudre.

 

Être critique face au régime

Lorsque vient le temps de choisir un régime, il est important d’avoir un regard critique sur ce qu’on nous dit, même si on se réfère à un spécialiste. «Il faut se demander si la personne est diplômée, si la méthode est personnalisée et si des questions sont posées sur l’état de santé, les médicaments pris et les habitudes de vie», soutient Karine Levy.

Dans le but d’aider les gens à s’assurer que leur régime leur convient, un questionnaire et une multitude d’informations sont mis à leur disposition sur le site www.extenso.org.

 


Vidéos

Photos