Un peu de luminothérapie en attendant son autobus

Un peu de luminothérapie en attendant son autobus

Photo: Fotolia 

Dernière mise à jour: 27-11-2012 | 10h38

«On se sent fatigué à cette époque de l'année, et obtenir une petite dose de lumière en plus, c'est tonique», a expliqué à l'AFP la directrice du marketing de Umeaa Energy, Anna Norrgaard.

Et pour cause, à Umeaa, à quelque 500 km au nord de Stockholm, les journées sont très courtes: il ne fait jour que quatre heures et demie au pic de l'hiver, fin décembre.

Les lampes spéciales remplacent provisoirement les publicités. Cinq arrêts de bus ont même été surmontés de panneaux réfléchissants pour améliorer encore la sensation d'être sous le soleil.

«Il faut se mettre face aux lampes (...) et garder les yeux ouverts pour laisser entrer la lumière», a conseillé Mme Norrgaard.

On peut aussi envisager de se rendre à son arrêt de bus plus tôt que d'habitude puisqu'en luminothérapie, il est généralement recommandé de s'exposer une demi-heure, même si le temps «varie en fonction des personnes», a-t-elle ajouté.

Les amateurs de bronzage seront déçus: les lampes n'émettent pas d'ultraviolets, afin de protéger les yeux. La luminothérapie est un traitement contre la dépression saisonnière, le «blues de l'hiver», trouble provoqué par le manque d'ensoleillement.


Vidéos

Photos