Nadia Lemieux
Agence QMI

Journée de la biodiversité: quatre espèces menacées à Montréal

Journée de la biodiversité: quatre espèces menacées à Montréal

COURTOISIE/ZOO ECOMUSEUM

Nadia Lemieux

L'île de Montréal abrite une faune et une flore riche, mais son équilibre naturel est fragile, entre autres, en raison de la perte d'habitats. À l'occasion du 25e anniversaire de la Journée internationale de la biodiversité, qui se tient mardi, voici quatre espèces vivant en milieu urbain et dont la survie est menacée.

1. La tortue géographique

L'espèce est désignée vulnérable au Québec et on ne la retrouve que dans le lac Saint-Louis, la rivière des Prairies et la rivière des Mille Îles. «C'est une espèce qui aime les rives naturelles et où c'est bien boisé, a expliqué le coordonnateur à la recherche et à la conservation du Zoo Ecomuseum, Sébastien Rouleau. Elle aime s'exposer tranquillement au soleil au bord des cours d'eau.» La perte d'habitat est le principal obstacle à sa survie, a-t-il précisé, puisque les rives sont largement déboisées.

2. La couleuvre brune

La couleuvre brune est menacée par l'étalement urbain. Son habitat, les milieux ouverts où poussent essentiellement de longues herbes, fait la convoitise des développeurs immobiliers, a mentionné M. Rouleau. «[Les municipalités] protègent typiquement les milieux boisés et humides, mais on intervient pour démontrer l'importance des milieux ouverts, où vivent les couleuvres, mais aussi des papillons et un paquet d'oiseaux champêtres.»

3. Le monarque

La perte d'habitat fait mal au papillon monarque, un grand pollinisateur. Le plant d'asclépiade, où il pond ses oeufs, se fait de plus en plus rare en raison de l'agriculture, des pesticides et de l'urbanisation. «Les pollinisateurs sont un maillon super hyper important de la chaine alimentaire, a rappelé la chargée de projet chez Équiterre, Nadine Bachand. Ils vont polliniser environ 70 % des espèces de plantes pour la consommation humaine.» Même si des initiatives éducatives en milieu urbain sont positives, elle souligne que des interventions à grande échelle sont nécessaires pour assurer la protection du monarque.

4. La grande chauve-souris brune

À Montréal, on retrouve la grande chauve-souris brune dans les parcs-nature de l'Anse-à-l'Orme et de la Pointe-aux-Prairies. «[Elle est] vulnérable, comme ses congénères cavernicoles, au "syndrome du museau blanc" [qui] se caractérise par des mortalités massives de chauves-souris à la suite d'une croissance fongique blanche sur le museau, les oreilles et les membranes des ailes», peut-on lire sur le site de la Ville de Montréal.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos