Sans recensement des tigres, on aura du mal à les sauver

Sans recensement des tigres, on aura du mal à les sauver

Photo Fotolia 

Agence France Presse

Dernière mise à jour: 29-07-2014 | 11h02

L'organisation de défense et de protection des animaux sauvages WWF a exhorté mardi sept pays d'Asie abritant des tigres, dont la population a chuté de 97 % en un siècle, à les recenser dès maintenant pour pouvoir les «protéger efficacement».

«Tant que nous ne saurons pas combien il y a de tigres sauvages et où ils se trouvent, nous ne pourrons pas savoir comment les protéger efficacement», estime le directeur de la Global Tiger Initiative du WWF (World Wildlife Fund), Michaël Baltzer, dans un communiqué.

L'appel de l'ONG a été lancé en direction de la Malaisie, l'Indonésie, la Thaïlande, la Birmanie, le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

En 2010, les chefs d'État des 13 pays de l'aire de répartition du tigre s'étaient engagés à doubler le nombre de tigres sauvages d'ici à 2022. La population était alors évaluée à 3200 individus.

«Ce chiffre était une simple estimation, selon M. Baltzer. On a parcouru un tiers du chemin et il va falloir passer à la vitesse supérieure si nous voulons atteindre l'objectif», a-t-il ajouté.

Le tigre est essentiellement victime du braconnage. La route des trafiquants va de l'Inde à la Chine, où les différentes parties du tigre valent très cher, car utilisées depuis 1500 ans dans la médecine traditionnelle et pour leurs supposées vertus aphrodisiaques.

Au moins 1590 tigres ont été saisis entre janvier 2000 et avril 2014, selon le programme Traffic, réseau de surveillance du commerce des espèces sauvages, cité par le WWF.

Les autres pays d'Asie réalisant des comptages nationaux réguliers ou sur le point d'annoncer leurs résultats sont l'Inde, le Népal, la Russie, le Bhoutan, le Bangladesh et la Chine.


Vidéos

Photos