Les phoques savent dormir avec une moitié de leur cerveau

Les phoques savent dormir avec une moitié de leur cerveau

Photo AFP 

Relaxnews

Dernière mise à jour: 20-02-2013 | 15h40

C’est ce qu’ont annoncé mercredi des chercheurs de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) et de celle de Toronto.

Leur étude, publiée dans le «Journal of Neuroscience», identifie les substances chimiques qui permettent de maintenir une partie du cerveau en éveil, alors que l'autre partie dort.

«C'est stupéfiant du point de vue biologique», a dit l'un des auteurs de la recherche, le professeur John Peever de Toronto, cité dans un communiqué. «Les phoques dorment de cette manière quand ils sont dans l'eau, mais ils dorment comme les humains quand ils sont à terre, et notre recherche peut expliquer ce phénomène unique».

Le principal auteur de l'étude, la doctorante de Toronto Jennifer Lapierre, l'avait découvert en mesurant les changements touchant les différentes substances chimiques dans le cerveau. Elle a vu que le niveau d'acétylcholine, un neurotransmetteur important, était bas dans la partie dormante et élevé dans la partie éveillée, ce qui laisse supposer que cette substance stimule l'activité de cette dernière.

En même temps, les chercheurs ont vu avec surprise qu'une autre substance importante, la sérotonine, gardait le même taux, que le phoque soit endormi ou non, alors que les biologistes pensaient que c'était elle qui stimulait l'activité du cerveau.

Ces découvertes peuvent avoir à terme une certaine importance pour les humains, dans la mesure où elles font avancer la recherche sur les mécanismes du sommeil. Or, environ 40% des Américains souffrent de problèmes de sommeil, relève un autre auteur de l'étude, Jerome Siegel, de l'Institut de recherches sur le cerveau de l'UCLA.


Vidéos

Photos