Éléphantes en France: Hollande s'en remet à la justice

Éléphantes en France: Hollande s'en remet à la justice

Les éléphantes Baby et Népal au Zoo de Lyon, en France | Photo AFP 

Agence France-Presse

Dernière mise à jour: 09-01-2013 | 14h32

«Autant il était légitime de vous fournir la possibilité de déposer un recours contre l'arrêté préfectoral demandant l'euthanasie des deux éléphants, autant il n'appartient plus au gouvernement d'intervenir dans le déroulement de la procédure judiciaire en cours», estime le cabinet du président français dans un message du 2 janvier.

«Il revient donc maintenant au Conseil d'Etat de se prononcer sur votre pourvoi en cassation», poursuit-elle dans cette lettre dont copie a été transmise aux médias par Gilbert Edelstein, patron du cirque Pinder et propriétaire des deux pachydermes.

Pour ce dernier, qui réclame de nouveaux tests, la missive présidentielle revient à refuser la «grâce présidentielle» aux deux animaux qu'il réclame depuis mi-décembre. Dans un communiqué, il se dit «excessivement déçu».

Gilbert Edelstein a envoyé mardi une lettre de réponse à la présidence, demandant au président français qu'il laisse la vétérinaire de son cirque «pratiquer de nouveaux tests sur les éléphantes, lesquels permettraient de disposer de données scientifiques et actualisées en vue d'une prise de décision motivée et pertinente».

L'accès aux pachydermes a déjà été refusé à la vétérinaire à Noël. Baby et Népal, âgées d'une quarantaine d'années, vivent depuis plus de dix ans au Parc de la Tête d'or, un zoo de Lyon, auquel les a confiées le cirque.

La menace de les euthanasier a fait sortir de ses gonds l'ex-actrice Brigitte Bardot, qui est à la tête d’une fondation en faveur des animaux. Elle a proposé que celle-ci prenne en charge les deux éléphants et les soigne à ses frais pour les placer ensuite dans un sanctuaire. La vedette a menacé de prendre la nationalité russe si l'État ne revenait pas sur sa décision d'euthanasie.


Vidéos

Photos