Darwin, le «singe d'Ikea» ne retournera pas chez sa propriétaire

Darwin, le «singe d'Ikea» ne retournera pas chez sa propriétaire

Le singe Darwin et son «père». / Photo Agence QMI  

Agence QMI

Dernière mise à jour: 21-12-2012 | 14h14

La propriétaire, Yasmin Nakhuda, aura toutefois le droit de rendre visite régulièrement à son petit macaque, mais les conditions de ces visites n’ont pas encore été déterminées.

Le juge Michael Brown a indiqué qu’il devait prendre en compte l’intérêt de toutes les parties, y compris celui de l’animal, qui semblait aller bien au sanctuaire pour primates «Story Book Farm».

Yasmin Nakhuda, accompagnée de son mari, a versé des larmes à la suite après l'annonce du juge, dans le tribunal d’Oshawa, à 60 km de Toronto.
La propriétaire du singe d’Ikea a ensuite pris dans ses bras son mari, visiblement contrarié.

«Et il se dit être un juge», a indiqué le mari de Mme Nakhuda, a rapporté le Toronto Sun.

La propriétaire du singe d'Ikea ne récupérera donc pas la garde, même temporaire, de son petit macaque, qui était devenu une célébrité internationale dans son petit manteau de mouton. Il avait été retrouvé déambulant dans un stationnement d’un magasin Ikea de Toronto il y a deux semaines.

L’avocat de Mme Nakhuda, Theodore Charney, avait plaidé pour un retour temporaire du singe avant les Fêtes.

Me Charney a aussi souligné que les services animaliers de Toronto avaient menacé Mme Nakhuda, indiquant qu'elle serait accusée au criminel si elle ne signait pas le formulaire pour céder son animal, le soir où le singe a été retrouvé dans le stationnement du magasin Ikea.

L'avocat de la défense, Kevin Toyne, qui représente le sanctuaire où se trouve Darwin et sa fondatrice Sherri Delaney, a indiqué pour sa part au tribunal qu'il faudrait être prudent avant de décider de rendre Darwin temporairement, citant un manque de preuves.

La poursuite alléguait que Darwin a été «illégalement détenu» à la suite de sa capture par les services animaliers de Toronto et que ces derniers n’avaient pas le droit de saisir le singe.

«La personne qui l’a récupéré m’a remis une amende, mais c’est tout ce qu’elle avait le pouvoir de faire», a affirmé Mme Nakhuda à l’Agence QMI.


Vidéos

Photos