Dre Manon Tremblay, vétérinaire | © TVA Publications
Animal

Roadrunner… Bip Bip!

Roadrunner… Bip Bip!

© shutterstock

Dre Manon Tremblay, vétérinaire | © TVA Publications

Dernière mise à jour: 18-11-2013 | 14h24

C’est cet oiseau qui a inspiré le créateur de Bip Bip (Road Runner, dans la version originale), un des deux personnages principaux de Bip Bip et Coyote, dessin animé de la série Looney Tunes. Cet animal ne fait décidément rien comme les autres!

Sa spécialité: la vitesse!

Les pionniers du sud-ouest des ÉtatsUnis ont été fascinés par ce curieux volatile qui, au lieu de s’envoler à l’arrivée des chevaux, courait à toute vitesse sur la route, devant les diligences! C’est pourquoi ils le nommèrent roadrunner (coureur des routes). Ses pattes, longues et puissantes, ainsi que son corps à la forme aérodynamique lui permettent de courir à près de 30 km/h! Mais quand vient le temps de s’envoler, il ne fait pas mieux qu’une poule…

Sa qualité: le courage!

Véritable clown du désert, le roadrunner marche en hochant sa longue queue, la relevant rapidement puis la rabaissant lentement. À tout moment, il redresse les plumes de sa huppe, ce qui lui donne un air faussement surpris. Très sûr de lui, il n’hésite pas à faire face au faucon qui tente de le capturer, à venir cogner à la fenêtre d’une maison pour demander quelques restes de nourriture ou tout simplement pour narguer les chats!

Le roadrunner parcourt le désert brûlant à la recherche de ses mets préférés: tarentule, scorpion, veuve noire, millepattes, lézard, sauterelle, abeille, petit rongeur et serpent à sonnette. Eh oui! un des serpents les plus venimeux de la planète fait partie du menu de cet oiseau excentrique! Si le serpent fait moins d’un mètre, le roadrunner l’attrapera, c’est certain! Car sa technique est efficace: il s’approche tout d’abord lentement de sa proie, en se dandinant, les ailes ouvertes. Il détourne ainsi l’attention du reptile sur les parties de son corps qui sont les moins vulnérables. L’oiseau profite du moment où le serpent se décide à rapper pour l’attraper vivement par la tête. Ce geste précis, effectué à la vitesse de l’éclair, signifie la fin du combat. Le roadrunner commence alors à frapper son adversaire au sol à plusieurs reprises, jusqu’à ce que sa colonne soit fracturée. Le serpent mort ou paralysé est avalé en un seul morceau, tête la première.

Quand une proie est trop longue pour l’estomac de l’oiseau, ce dernier se retire dans un endroit calme et la digère lentement, centimètre par centimètre, jusqu’à ce que plus rien ne pende hors de son bec. En hiver, alors que les proies se font rares, le roadrunner devient davantage végétarien, consommant les graines et les fruits des plantes.

Son carburant: l’énergie solaire

Pour maintenir sa température corporelle, le roadrunner tourne souvent le dos au soleil et soulève ses plumes afin d’exposer une zone de peau noire, qui absorbe facilement la chaleur. Utiliser l’énergie solaire lui permet de manger une ou deux proies de moins chaque jour.

Un oiseau vénéré

Les Autochtones vouaient un grand respect à cet oiseau audacieux, capable de terrasser des proies dangereuses. Pour les Premières Nations, il était le symbole de la chance et il a inspiré plusieurs légendes. Les mères autochtones attachaient des plumes de roadrunner au berceau de leur enfant afin d’éloigner les démons qui auraient pu venir ennuyer son esprit. La piste en forme de croix que laisse la patte de l’oiseau dans le sable était reproduite tout autour des sépultures, dans le but de désorienter les mauvais esprits qui cherchaient le chemin emprunté par l’esprit des défunts.

La reproduction

La saison des amours commence au printemps. Le mâle qui désire séduire sa femelle doit déployer bien des efforts! Il doit d’abord danser, puis suivre inlassablement la femelle en tapant du pied et en hochant la queue. Plutôt indépendante, elle ignore tout d’abord son prétendant, qui redouble d’efforts en lui offrant des cadeaux: de la nourriture ou des matériaux pour construire un nid. Quand le présent satisfait aux attentes de la femelle — elle craque presque toujours pour un lézard, un serpent ou un petit rongeur! —, elle accepte son nouveau conjoint. Mais attention! Le mâle ne lui remet son cadeau qu’après l’amour! Et de l’amour, il y en aura! Car le roadrunner est fidèle, et son couple dure toute la vie. Le mâle prend aussi soin des petits. Il couve la nuit, et la femelle, le jour. Si un animal repère le nid et s’en approche d’un peu trop près, la femelle se jette par terre, feint une patte cassée et s’en éloigne progressivement (contrairement à plusieurs autres espèces, qui simulent une aile brisée). Quand le prédateur s’apprête à l’attraper, la femelle disparaît, comme par magie, dans un buisson!



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos