Agence QMI

Assurance en ligne: une aventure risquée

Assurance en ligne: une aventure risquée

Photo Fotolia

La vente de produits d'assurance en ligne, sans l'intermédiaire d'un professionnel, comporte trop de risques pour les consommateurs, selon une étude accueillie favorablement par la Chambre de la sécurité financière (CSF).

L'étude, publiée par Option consommateurs, confirme les préoccupations soulevées tant par la CSF que par la Chambre de l'assurance de dommages (ChAD).

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, s'apprête à réviser l'ensemble des lois du secteur financier et la vente de produits d'assurance en ligne en fait partie.

L'étude vient apporter un éclairage important, dit la CSF, qui doit être pris en compte afin que la protection du public demeure une priorité. Option Consommateurs fait le constat que les produits d'assurance de personnes sont complexes et qu'une mauvaise décision peut être catastrophique pour le patrimoine des consommateurs et de leur famille. L'organisme recommande que la distribution en ligne sans l'intervention d'un professionnel imputable ne soit pas permise.

«Les produits d'assurance ne sont pas des produits de consommation courante», dit Marie Elaine Farley, présidente et chef de la direction de la CSF. Il est essentiel, selon elle, que les consommateurs aient accès aux conseils de professionnels formés et encadrés par un organisme indépendant «qui veille à la formation continue, la déontologie et la discipline des représentants qui distribuent des produits et services financiers».

Un risque réel

L'auteure de l'étude, Me Annik Bélanger-Krams, explique qu'il existe un risque réel pour les consommateurs, qui n'ont pas les connaissances pointues des experts, de souscrire une assurance dont il n'a pas besoin, qui serait mal adaptée à sa situation ou encore insuffisante.

«Les professionnels ont l'obligation de s'assurer que le produit proposé convienne au client et qu'il soit dans son meilleur intérêt, dit Mme Farley. Ce sont eux qui possèdent les connaissances nécessaires pour en saisir toutes les subtilités. Transférer cette responsabilité aux consommateurs peut être lourd de conséquences.»

L'étude recommande, à l'instar de la CSF, d'imposer un mode de souscription hybride pour la vente de produits d'assurance de personnes en ligne dans lequel le consommateur doit bénéficier des conseils de professionnels.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos