Anne Préfontaine
Agence QMI

Qui va gérer notre héritage numérique à notre mort?

Anne Préfontaine

SHERBROOKE - Qui s'occupera de votre héritage numérique après votre mort? C'est un élément auquel on doit accorder de plus en plus d'importance au moment de rédiger notre testament.

Une entreprise de Magog tente de sensibiliser les gens et les notaires à cet aspect, qu'on ne doit surtout pas négliger.

Qui va gérer notre compte Facebook, Instagram ou nos comptes transactionnels comme Ebay, Paypal, après notre départ? Peu de gens ont la réponse et surtout peu de notaire le demande à leurs clients.

«C'est vraiment eux qui doivent avoir le réflexe de questionner les gens et ajouter ces informations aux documents de fin de vie», a affirmé Gary Denault, propriétaire de l'entreprise Rinzinzin.

La valeur moyenne de ce que les gens possèdent sur le web lors de leur décès est estimée à 35 000 $ selon la firme MCAfee Security. «BITCOIN, achat de titres de domaines, les exemples sont nombreux et on ne pense pas à le dire à nos proches», a soutenu M. Denault.

Il y a le contenu lucratif, intellectuel, mais aussi émotif. «On n'a jamais autant pris de photos de famille», a ajouté le conférencier.

François Fouquet de la Coopérative funéraire de l'Estrie sait à quel point l'héritage numérique peut être contraignant pour ceux qui restent. «Ça peut nuire au processus du deuil, parce que sa présence virtuelle fait comme si il était encore parmi nous.»

Sur traces virtuelles.com, Gary Denault donne des conseils et surtout questionne. Comment voulons-nous que notre identité soit gérée après notre décès? «Au début, on va continuer à vivre comme si on était toujours là, mais tranquillement notre identité virtuelle va se fragmenter.»

L'entreprise de Magog travaille d'ailleurs sur l'élaboration d'un coffre-fort virtuel avec la Chambre des notaires.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos