Marc-André Gagnon
Agence QMI

Transport en commun: moins d'argent pour les usagers

Transport en commun: moins d'argent pour les usagers

À compter du 1er juillet prochain, le crédit d'impôt pour le transport en commun sera éliminé. Photo Archives / Agence QMI

Marc-André Gagnon

Pour mieux investir dans les infrastructures, le gouvernement Trudeau ira récupérer un peu plus de 1 milliard $ dans les poches des usagers du transport en commun en abolissant un crédit d'impôt jugé «inefficace».

À compter du 1er juillet prochain, le crédit d'impôt pour le transport en commun sera éliminé, a annoncé le ministre des Finances, Bill Morneau, dans son budget présenté mercredi.

Instauré en 2006, ce crédit d'impôt non remboursable permettait de récupérer 15 % du coût des laissez-passer d'autobus et de métro.

Avec l'abolition de cette mesure fiscale, le gouvernement fédéral récupérera plus ou moins 200 millions $ par année, soit un peu plus d'un milliard de dollars $, une somme qui autrement auraient été soustraite de la facture d'impôt des habitués du transport en commun.

Le ministre Morneau appuie sa décision sur au moins trois études qui démontrent que contrairement à l'objectif visé, le nombre d'utilisateurs du transport en commun n'a pas augmenté depuis la mise en place de ce crédit d'impôt.

20 milliards $ sur 11 ans

En revanche, le gouvernement Trudeau investira dans l'ensemble du pays plus de 20 milliards $ dans les infrastructures en transport en commun dans les 11 prochaines années, «ce qui fera une véritable différence pour les familles», a fait valoir le ministre Morneau, en conférence de presse.

Même si le Réseau électrique métropolitain (REM) à Montréal figure parmi les «ambitieux projets de transport en commun [qui] transformeront les villes du Canada au cours des dix prochaines années» mentionnés dans le document du budget, on ignore quels projets seront appuyés par Ottawa et à quel moment.

Pas un seul mot sur le prolongement de la ligne bleue de Montréal ou le Système rapide par bus (SRB) entre Québec et Lévis ne se retrouve dans le budget 2017.

En 2018 

Il faudra attendre jusqu'à l'an prochain avant que les investissements en transport en commun commencent à croître.

Les fonds seront répartis selon une formule basée sur l'achalandage (70 %) et la population desservie (30 %).

Malgré le souhait formulé par les municipalités, la part du fédéral dans les nouveaux projets de construction ou d'élargissement du transport en commun sera de 40 %. Seuls les projets de remise en état du transport en commun pourront bénéficier d'un taux de financement fédéral de 50 %.

La nouvelle Banque de l'infrastructure du Canada devrait aussi investir 5 milliards $ au cours des prochaines années dans des projets de transport en commun. 

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos