Relever le défi de travailler en étant proche aidant

Relever

Un aidant sur dix pourra consacrer plus de 30 heures par semaine à un proche. Photo Agence QMI

Lise Millette

Environ 46 % des Canadiens de 15 ans et plus auront pris soin d'un membre de leur famille ou d'un ami, à un moment où l'autre de leur vie, selon les chiffres de la Commission canadienne des droits de la personne (CCDP).

Un aidant sur dix pourra consacrer plus de 30 heures par semaine à un proche en raison de la maladie, d'une déficience ou de la vieillesse. Inévitablement, ce type d'engagement devient une charge supplémentaire qui risque d'empiéter sur le travail.

La Commission canadienne des droits de la personne (CCDP) a publié un guide pour éviter de priver les entreprises d'un personnel capable de conserver un rôle sur le marché du travail.

«De plus en plus de Canadiennes et de Canadiens qui travaillent essaient de faire de la conciliation travail-famille parce qu'ils ont à prendre soin de leurs enfants, de leurs parents âgés ou d'un autre proche», soutient David Langtry, président par intérim, Commission canadienne des droits de la personne. Selon lui, le défi consiste à faire en sorte que les proches aidants demeurent des membres productifs de la population active.

L'adaptation en trois étapes

La CCDP soutient que personne ne doit subir de discrimination en emploi parce qu'elle doit s'occuper d'un proche.

«Pour trouver une solution flexible permettant à un employé de concilier ses besoins de proche aidant avec ses responsabilités professionnelles, il faut tout d'abord une discussion franche et honnête. C'est la meilleure façon pour le gestionnaire de recueillir les renseignements dont il a besoin pour savoir ce qui peut être fait pour s'adapter aux besoins de cet employé», peut-on lire dans le Guide sur la conciliation des responsabilités professionnelles et des obligations familiales des proches aidants.

Louise Bradley, présidente et directrice générale, Commission de la santé mentale du Canada, salue la production de cet outil.

«Les proches aidants peuvent jouer un rôle fondamental, mais les aidants peuvent avoir beaucoup de difficultés à concilier leurs obligations familiales et leurs responsabilités professionnelles. Ce guide des indications concrètes pour aider les employés à surmonter ces difficultés», a indiqué Mme Bradley.

Parmi les autres conseils, la Commission recommande de faire preuve de souplesse et de créativité.

Au Québec, Statistique Canada estime à plus de 1,2 million de personnes qui agissent comme proches aidants, soit 19 % des 15 ans et plus.



Vidéos

Photos