Agence QMI
Agence QMI

La hausse brusque des taux d'intérêt pourrait être fatale pour les ménages

La hausse brusque des taux d'intérêt pourrait être fatale pour les ménages

Photo Fotolia

Agence QMI

Si les taux d'intérêt étaient rehaussés, plusieurs ménages endettés du Québec pourraient se retrouver dans une situation difficile, rappelle Desjardins dans une étude économique publique mardi.

«Même si la situation financière des Québécois semble sous contrôle pour l'instant, une augmentation significative des taux d'intérêt aurait des répercussions importantes notables. Une plus grande part des ménages auraient de la difficulté à rembourser leurs emprunts», peut-on lire dans le plus récent «Point de vue économique» de Desjardins.

Dans leur note, les analystes soulignent notamment que les dettes des Québécois ont cru plus que leurs revenus ces dernières années. «L'an dernier, environ 5 % d'entre eux atteignaient un seuil d'endettement critique pouvant occasionner des difficultés à rembourser leurs emprunts», précise-t-on.

Conséquemment, en cas de hausse, pour certains ménages vulnérables qui ont contracté des prêts à taux variable et des marges de crédit personnelles, l'impact serait immédiat et précéderait de quelques années celui des ménages qui ont opté pour les emprunts à taux fixe.

Hélène Bégin, économiste principale à Desjardins, estime toutefois qu'il n'est pas encore trop tard. «Les ménages endettés ont toutefois encore un peu de temps pour assainir leur bilan financier», indique-t-elle, soulignant qu'il fallait profiter de cette période de bas taux d'intérêt pour réduire les recours à l'endettement.

Mme Bégin croit aussi qu'il faudra surveiller les conséquences d'une possible chute des prix de l'immobilier résidentiel, ce qui «représente un autre risque dont les effets seront analysés dans un prochain Point de vue économique», a-t-elle mentionné.

Par ailleurs, la situation des Québécois (dette à la consommation moyenne de 18 907 $ excluant les hypothèques) reste toutefois enviable comparativement aux autres provinces. Les Ontariens (22 671 $), les Albertains (28 240 $) ou les Saskatchewanais ont plus de soucis à se faire, selon un rapport d'Equifax Canada publié également mardi.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos