Agence QMI

Votre emprunt pourra être réduit de 50 000 $

Les ménages visés par les nouvelles règles de financement hypothécaire imposées par le gouvernement fédéral depuis lundi pourront voir leur capacité d'emprunt être réduite de dizaines de milliers de dollars, avance un spécialiste.

Ottawa a resserré les règles régissant les emprunts pour un terme fixe d'une échéance de cinq ans. Depuis lundi, la capacité d'emprunt pour un prêt assuré par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) ou tout autre assureur doit être mesurée selon un taux d'intérêt calqué sur celui de la Banque du Canada.

Ainsi, au lieu d'être calculé sur un taux de 2,39 % offert présentement par certaines institutions financières, le remboursement du prêt sera plutôt calculé sur un taux de 4,64 %. Une décision qui a un impact direct sur les acheteurs.

«Des dizaines de milliers de dollars en moins pour un emprunteur», affirme Denis Doucet, directeur de la formation à l'Académie Multi-prêts.

Pour un emprunt souhaité de 250 000 $, cela pourra vouloir dire une réduction de 50 000 $, ramenant l'emprunt total à 200 000 $. Certains ménages pourront même voir leur capacité d'emprunt être réduite davantage.

«Ça dépend du montant de l'emprunt, de la situation des gens, de leur travail, de leur crédit, etc. Les ménages doivent rencontrer leur institution financière pour voir ce qui peut être fait», explique M. Doucet.

Premiers acheteurs

Les nouvelles règles pourront obliger certains ménages à revoir leur plan, en acquérant une propriété moins dispendieuse. Souvent, cela signifiera devoir changer de quartier, de choisir la banlieue plutôt que la ville ou d'opter pour un condo au lieu d'une maison unifamiliale.

La mesure risque aussi de toucher davantage les premiers acheteurs, dont l'emprunt doit être assuré si la mise de fonds est inférieure à 20 % du prix de la propriété.

En édictant ces nouvelles règles, Ottawa vise à protéger les acheteurs, qui pourraient ne pas être capables de faire face à leurs obligations s'il survenait une hausse des taux d'intérêt.

Selon M. Doucet, les nouvelles mesures pourraient ralentir légèrement le marché de l'immobilier au Québec.

«Les délais de vente vont peut-être s'allonger un peu. Ça va peut-être ralentir le premier acheteur pour une maison familiale, mais favoriser le condo», dit-il.

Les prix pourraient aussi se stabiliser, en raison de ce ralentissement appréhendé.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos